Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Rabat va-t-il accorder l’asile à l’ancien président burkinabé ?

Blaise Compaoré se trouve actuellement en Côte d’Ivoire




​Rabat va-t-il accorder l’asile  à l’ancien président burkinabé ?
La rumeur enfle à vue d’œil : le Maroc pourrait accorder l'asile politique au président burkinabé déchu Blaise Compaoré. D’après le site ivoirien indépendant Linfodrome, des tractations seraient actuellement en cours afin d’arriver à cet objectif. Certaines sources ont affirmé que l’initiative marocaine a été prise suite aux bons offices français visant  à trouver une terre d’asile à cet ancien allié de la France en Afrique de l’Ouest. Pourtant, rien n’est moins sûr puisque l’on évoque également l’éventualité de voir le président déchu s’installer définitivement dans un pays européen. 
Pour certains observateurs, ces informations sont à prendre avec des pincettes. En Effet, ils estiment que la question de l’asile politique de l’ancien président burkinabé ne se pose pas puisque les autorités ivoiriennes l’ont bien accueilli dès son arrivée à Yamoussoukro. Le chef de l'Etat ivoirien Alassane Ouattara, a même déclaré que «Blaise Compaoré restera aussi longtemps qu'il le voudra en Côte d'Ivoire». 
Mieux, Bruno Koné, porte-parole du gouvernement ivoirien, a assuré que ce dernier est «comme chez lui» et qu’il est «un homme libre», qui peut circuler librement même à l’extérieur s’il le souhaite. Tout cela avec un statut d’ancien chef d’Etat puisqu’il est «traité avec tous les égards dus aux rangs qu’il a occupés et qui correspondent également au niveau de la relation qu’il a pu avoir avec notre pays et avec son chef».   Une analyse qui ne semble pas du goût d’autres observateurs qui estiment que la question de l’asile au Maroc ne manquera pas d’être prochainement posée. Pour eux, la présence de Blaise Compaoré en Côte d’Ivoire n’est que temporaire.  En effet, les voix appelant à son départ y sont de plus en plus nombreuses. C’est le cas des partis d’opposition qui contestent la présence du président déchu qu’ils accusent  de jouer un rôle extrêmement négatif en finançant et en encadrant  la rébellion. L’armée Burkinabè avait, en effet, formé, entraîné et équipé la rébellion qui avait ensanglanté la Côte d’Ivoire en septembre 2002, avant de porter Allassane Ouattara au pouvoir en avril 2011. «Le peuple ivoirien est convaincu que Blaise Compaoré fait partie de nos bourreaux et de ceux qui ont mis un frein au processus démocratique. Voilà pourquoi nous disons qu’il ne doit pas rester en Côte d’Ivoire. Il doit repartir dans son pays ou bien être remis à la justice. Il ne peut pas bénéficier d’un asile doré en Côte d’Ivoire», a déclaré Agnès Monnet, porte-parole du parti de l'ancien chef d'Etat ivoirien Laurent Gbagbo à RFI. 

Hassan Bentaleb
Jeudi 6 Novembre 2014

Lu 593 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés