Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Poursuite de l'offensive saoudienne au Yémen

Autre enjeu du conflit, le Golfe d’Aden et le transit de 3,8 millions de barils de pétrole




​Poursuite de l'offensive saoudienne au Yémen
L'offensive aérienne déclenchée jeudi par l'Arabie saoudite et ses alliés sunnites au Yémen s'est poursuivie vendredi avec de nouvelles frappes signalées au lever du jour notamment à Sanaa, la capitale, et dans le nord du pays, la région dont sont originaires les miliciens chiites houthis.
L'Arabie saoudite avait lancé jeudi avec ses alliés sunnites de la région du Golfe une campagne de frappes aériennes au Yémen pour repousser les Houthis chiites qui voulaient prendre Aden, le grand port du sud du pays.
Le président yéménite Abd-Rabbou Mansour Hadi a quitté la ville où il s'était réfugié ces derniers jours pour se rendre en Arabie saoudite. Selon le directeur de son bureau, Mohamed Marem, il s'est rendu à Ryad sous protection saoudienne et a décidé de participer en personne au sommet de la Ligue arabe ce week-end à Charm El Cheikh, en Egypte.
L'Iran, qui est accusé de soutenir les rebelles, a exigé "une cessation immédiate de toutes les agressions militaires et frappes aériennes. L'Irak a également dénoncé cette "agression" des pays sunnites de la région contre les Houthis.  Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré lors d'une conférence de presse que "l'Iran cherchait à dominer la région". "Peut-on tolérer cela? Cela commence à nous agacer, nous, l'Arabie et les pays du Golfe. Ce n'est vraiment pas tolérable et l'Iran doit le comprendre", a-t-il dit. Sur le terrain, les frappes aériennes se sont poursuivies toute la journée de jeudi et à la tombée de la nuit, faisant un nombre indéterminé de morts. Les forces d'Abd-Rabbou Mansour Hadi ont repris l'aéroport d'Aden tombé la veille aux mains de combattants fidèles à l'ancien président Ali Abdallah Saleh, alliés aux Houthis. Des combats de rue ont fait au moins 16 morts dans les villes de la région, notamment à Houta, capitale de la province de Lahdj au nord d'Aden.
Selon la chaîne de télévision Al Arabiya basée à Dubaï, le royaume wahhabite a engagé une centaine d'avions de guerre et 150.000 soldats dans cette opération. Ryad a déclaré ne pas avoir le projet d'une intervention terrestre pour le moment sans exclure cette option si nécessaire.
L'Egypte, le Pakistan, la Jordanie et le Soudan se sont dits prêts à participer à une offensive terrestre. Les Emirats arabes unis, Bahreïn, le Koweït, le Qatar, la Jordanie, le Maroc et le Soudan ont mobilisé 70 avions. Quatre navires de la marine égyptienne ont franchi le canal de Suez en direction du Yémen pour sécuriser le golfe d'Aden. Le Pakistan a dit réfléchir à la demande de Ryad d'envoyer des troupes au sol et averti que toute menace à l'encontre de l'Arabie saoudite suscitera une "forte réponse" d'Islamabad. 
Parallèlement, à Charm El Cheikh, les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe ont décidé la création d'une force conjointe d'intervention rapide. Les Etats-Unis, sans faire partie de la coalition, soutiennent l'opération. Le président Barack Obama a autorisé un soutien en matière de logistique et de renseignement, précise un communiqué de la Maison blanche.
Le Golfe d'Aden, étroit couloir maritime d'une quarantaine de kilomètres de large entre le Yémen et Djibouti, commande l'accès à la mer Rouge puis au canal de Suez et constitue une voie de transit majeure du commerce pétrolier mondial. Quelque 3,8 millions de barils de pétrole transitent chaque jour par le détroit de Bab-el-Mandeb, entre le Golfe d'Aden et la mer Rouge. Les ports du Yémen sont fermés en raison de la situation. La crise yéménite a provoqué une hausse de près de 4,5% des cours du pétrole jeudi sur le marché new-yorkais Nymex.

Samedi 28 Mars 2015

Lu 354 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés