Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Pour l’opposition, la bataille démocratique va se passer au Parlement

«Nous allons contrer le chef du gouvernement à l‘intérieur des institutions »




​Pour l’opposition, la bataille démocratique va se passer au Parlement
Pas question de tomber dans le piège du chef du gouvernement en décrétant un boycott du Parlement. Voilà ce qu’ont décidé les partis de l’opposition parlementaire une semaine après le grave incident provoqué par Abdelilah Benkirane sous la Coupole. « Nous allons contrer le chef du gouvernement mais dans le cadre des institutions démocratiques. Il est tout à fait exclu pour nous d’assassiner le projet démocratique. La bataille se passera au Parlement », annonce ce mercredi matin un ténor de l’Union socialiste des forces populaires.
Les groupes parlementaires de l’USFP, de l’Istiqlal, du PAM et de l’UC ont en effet tenu réunion mardi 5 mai  à la Chambre des représentants pour décider des suites à donner à la dernière provocation en date du chef du gouvernement. On s’en souvient, lors de la séance mensuelle d’interpellation du chef du gouvernement, ce dernier s’en est violemment pris aux députés de l’opposition en les traitant de « voyous » avant de se retirer d’une séance constitutionnelle. 
« Attitude irrespectueuse, propos insultants et diffamatoires, comportement qui porte atteinte aux institutions et à la démocratie». Les présidents des groupes parlementaires appartenant à l’opposition n’ont pas suffisamment de mots pour qualifier les dérapages récurrents du patron de la majorité gouvernementale. Les partis de l’opposition sont bien décidés à affronter celui qui conduit l’Exécutif. Mais attention, préviennent-ils, ils le feront à l’intérieur des institutions. « Nous ne tomberons pas dans le piège de M. Benkirane qui veut marginaliser les institutions et les vider de leur substance.  L’opposition que nous représentons considère que les institutions sont au-dessus des personnes. L’édification démocratique se joue essentiellement au Parlement. Nous  entendons bel et bien de continuer d’occuper cet espace et d’accomplir la mission qui est la nôtre.  Que le chef du gouvernement se le tienne pour dit », prévient ce député du Parti authenticité et modernité. 

Les excuses publiques 
de Benkirane

Deuxième décision prise, exiger du chef du gouvernement de retourner à l’Hémicycle pour poursuivre la séance mensuelle d’interpellation.  Demande en a été faite il y a une semaine  au président de la Chambre des représentants, Rachid Talbi Alami. La même exigence est reprise dans le communiqué que l’opposition a rendu public mardi 5 mai.  «En quittant le Parlement, M. Benkirane a bafoué une séance parlementaire constitutionnelle. De plus, il n’a pas encore répondu aux  questions des groupes parlementaires de l’opposition et qui étaient relatives au dialogue social. D’ailleurs, nous pensons fortement que le chef de l’Exécutif a provoqué cet incident pour ne pas répondre à nos interrogations à la veille d’un 1er Mai où il n’avait strictement rien à proposer aux syndicats et à la classe ouvrière », confie cet Istiqlalien.
Pour l’heure, aucune décision n’a encore été prise pour la re-programmation (ou pas) d’une séance interrompue et au fort goût d’inachevé. « Le président de la Chambre des représentants veut d’abord que toutes les conditions de sérénité soient réunies pour que la démocratie ne soit pas un mauvais spectacle », explique-t-on dans l’entourage de Rachid Talbi Alami. 
Au terme de leur réunion, les troupes parlementaires ont enfin demandé que le chef du gouvernement présente des excuses publiques pour que la page des insultes soit tournée. 

Narjis Rerhaye
Jeudi 7 Mai 2015

Lu 397 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés