Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Les syndicats obligent le gouvernement à discuter de la totalité de leur cahier revendicatif

Prochain round du dialogue social mercredi




​Les syndicats obligent le gouvernement  à discuter de la totalité de leur cahier revendicatif
Le gouvernement Benkirane serait-il revenu à de meilleurs sentiments ? On peut dire cela comme ça. Toujours est-il  qu’il n’avait pas trop le choix face à la détermination des syndicats les plus représentatifs qui  plus est ont toute la logique de leur côté. 
Aussi, le dialogue social devrait-il prendre tout son intérêt après que ledit gouvernement a daigné revoir sa copie et envisager le dialogue social tel que voulu par les représentants des classes laborieuses. 
Ainsi et suite à la réunion de la commission nationale chargée de la réforme des régimes de retraite tenue mardi avec le chef du gouvernement, les Centrales syndicales qui ont y pris part ont réussi à faire changer la position à Abdelilah Benkirane pour discuter la semaine prochaine non seulement de la retraite, mais de l’ensemble des questions de leur cahier revendicatif.
Cette réunion aura donc lieu mercredi prochain dans le cadre du dialogue social en présence du gouvernement, du patronat et des syndicats les plus représentatifs et non de celui de la commission nationale chargée de la réforme des régimes de retraite. 
Il y a lieu de rappeler que les secrétaires généraux des Centrales syndicales  présentes à la réunion de mardi et la présidente de la CGEM ont saisi cette occasion pour présenter les conceptions de leurs instances respectives concernant le dossier de réforme des régimes de retraite et les mesures urgentes à prendre dans ce sens notamment les pensions civiles, et pour exposer leurs visions  relatives aux prochaines étapes du processus du dialogue social et de son ordre du jour.  
Dans leurs déclarations respectives,  les responsables syndicaux des trois Centrales ont exprimé leur attachement à discuter  de la totalité  des questions inscrites  à leur cahier revendicatif  et affirmé que le dossier de la retraite ne doit aucunement être discuté séparément des autres questions. A savoir la hausse des salaires, la baisse de l’impôt sur le revenu, la protection des libertés syndicales, la lutte contre le travail temporaire et précaire, entre autres. 
Par ailleurs et à l’issue du sit-in organisé mardi par la FDT à Rabat  pour protester contre  l’ingérence du chef du gouvernement dans les affaires de la centrale, Abdelhamid Fatihi a déclaré que «nos protestations ont atteint leurs objectifs à travers les messages que notre syndicat a adressés au chef du gouvernement en particulier et à toutes les parties prenantes du dossier social» et a également affirmé «avoir reçu, la veille une lettre d’Abdelilah Benkirane l’invitant à prendre part à la prochaine réunion de la commission nationale de la réforme des régimes de retraite».  

Larbi Bouhamida
Jeudi 4 Décembre 2014

Lu 400 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés