Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Les sociétés américaines peinent à recruter en Chine




​Les sociétés américaines peinent à recruter en Chine
La plupart des entreprises américaines installées en Chine rencontrent des difficultés à recruter des cadres de direction, qui sont dissuadés par la pollution atmosphérique, selon une étude publiée récemment.
Pour la première fois, dans cette enquête réalisée chaque année par la Chambre de commerce américaine, une majorité des sociétés --53%-- soulignent que la mauvaise qualité de l'air dans les villes chinoises entrave leur politique de recrutement de responsables expatriés.
Cette proportion se montait à 48% en 2014 et 34% en 2013, selon l'étude, compilant les réponses de 477 entreprises sur un total de 1.012 sociétés américaines inscrites à la Chambre de commerce.
La pollution de l'air n'est pas le seul motif de préoccupation pour les groupes américains opérant en Chine, qui ressentent une dégradation croissante du climat des affaires. "Près de la moitié des sociétés estiment que les entreprises étrangères sont moins les bienvenues en Chine qu'auparavant", relève la chambre américaine.
Et 83% des entreprises ayant répondu à l'enquête affirment que la censure de l'internet pèse de façon négative sur leurs activités dans le pays.
Ces dernières semaines, les autorités chinoises ont encore accentué leurs restrictions en la matière, en neutralisant des services de VPN, des dispositifs de connexion à l'Internet permettant théoriquement de contourner la censure.
Plus de 90% des villes chinoises mesurant officiellement leur taux de pollution atmosphérique ont dépassé les normes nationales en 2014, selon un rapport publié fin janvier par Greenpeace.
La mauvaise qualité de l'air est devenue l'un des principaux sujets de mécontentement des Chinois, lassés de suffoquer et d'assister à l'explosion des cancers du poumon dans les zones urbaines.
Le gouvernement chinois assure s'attaquer aux causes majeures du fléau: croissance effrénée de la circulation automobile, part écrasante du charbon dans l'énergie, usines et chantiers très polluants.
Mais il se heurte aux nombreuses réticences des autorités locales, pour qui combattre la pollution de l'air revient à freiner le développement.

Mardi 17 Février 2015

Lu 182 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Septembre 2020 - 17:55 Oubliez les boissons gazeuses !

Dimanche 13 Septembre 2020 - 18:00 Des mammouths sous l’aéroport de Mexico