Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Les opposants à la nomenklatura polisarienne montent au créneau




​Les opposants à la nomenklatura polisarienne montent au créneau
Des opposants à la direction du Polisario ont proposé le 17 juin courant une nouvelle solution à l’affaire du Sahara. Réunis, sur invitation d’un cheikh sahraoui de la tribu des Rguibates, Labeihatt, -la plus importante numériquement-, ils ont convenu de former une instance qui se veut représentative de toutes les sensibilités.
Cette instance serait chargée  d’initier une campagne de promotion de son plan qui consiste à prendre langue avec le palais Royal à travers un conseiller qu’elle souhaite d’origine sahraouie. Cette campagne doit être menée d’abord au niveau des camps et ensuite sur la scène internationale avec à la clé une série de rencontres avec des membres des Nations unies.  Dans le communiqué publié à la fin de la réunion, les participants ont estimé :  
-Que les dirigeants du Polisario  absorbés dans des luttes de succession sans merci du fait  de la maladie de Mohamed Abdelaziz, ont définitivement délaissé la gestion des camps aux mains de l’Algérie.
- Qu’après quarante ans de mauvaise gestion du dossier, Ils sont  persuadés qu’il est temps que Mohamed Abdelaziz et les siens s’éclipsent et cèdent le gouvernail à une nouvelle génération de politiques capables de mettre un terme au calvaire de la population. Les opposants ambitionnent de prouver à la communauté internationale que le Polisario ne détient pas le monopole du droit de parler au nom des Sahraouis. Les membres du groupe ne reconnaissent pas ce droit au Polisario dont ils renient la représentativité des Sahraouis.
Au cours de la même semaine, des députés français ont demandé à leur pays d’appuyer «toute initiative contraignant le Polisario et l’Algérie » à permettre un recensement des populations des camps de Tindouf par le Haut-commissariat aux réfugiés (HCR).
C’est dans une lettre paraphée par une quinzaine de députés français que ces derniers  ont invité le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, à saisir la Commission européenne afin que toute la lumière soit faite sur les détournements de l’aide humanitaire européenne perpétrée pendant des années, par des dirigeants du Polisario et des dignitaires algériens.
Les parlementaires français ont, pour justifier leur missive, cité le rapport de l’OLAF qui « met en lumière le détournement systématique d’une partie de cette aide humanitaire depuis plusieurs années, organisé par plusieurs dirigeants du Polisario, avec l’aide de responsables algériens».
Les parlementaires français suggèrent au chef de la diplomatie de leur pays de prendre en compte « la nécessité pour la France d’appuyer toute démarche contraignant le Polisario et l’Algérie à permettre un recensement des populations des camps de Tindouf par le Haut-commissariat aux réfugiés, pour que cesse l’instrumentalisation de cette situation humanitaire à des fins politiques et pécuniaires, comme le demandent les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU».
Répondant à la lettre des parlementaires français, Laurent Fabius a affirmé que ce recensement « est indispensable pour que le HCR puisse assurer la mission de protection qui lui incombe, conformément à la Convention de 1951 sur les réfugiés ». Il a, par ailleurs, souligné que le Parlement européen avait demandé à la Commission de réévaluer l’aide de l’Union et l’adapter aux besoins réels des populations. Le Parlement européen a, également, invité ladite Commission à veiller à ce que les intérêts des populations des camps de Tindouf et leurs besoins, ne soient pas lésés.
Rappelons, dans ce cadre, que l’Union européenne a rendu public, dernièrement, un rapport dans lequel il est indiqué que malgré la main de fer avec laquelle le Polisario tient les camps de Tindouf, les violations des droits humains qui y sont perpétrées relèvent de la responsabilité de l’Etat algérien sur le territoire où sont érigés ces camps.
Dans ce même rapport qui vient après celui établi par le Parlement européen et qui préconise de réviser le volume des aides humanitaires provenant des pays européens, l’Union européenne a exprimé sa  préoccupation devant la détermination des autorités algériennes à  refuser l’établissement des recensements des populations des camps, soulignant que ce refus constitue une situation exceptionnelle dans les annales du HCR. 


Nouveau coup de colère dans 
les camps de Tindouf


Après la colère provoquée par les détournements des aides alimentaires et celle qui a fait  suite à la dilapidation par les dirigeants du Polisario des fonds destinés à financer l’approvisionnement en eau, une nouvelle montée de colère secoue les camps de Tindouf. Cette fois, c’est la canicule qui sévit dans la Hamada algérienne qui est à l’origine de ce soulèvement populaire. Les mécontents dénoncent, en effet, le fait que les chefs du Polisario n’aient jamais souffert de ces  grandes chaleurs que connait la région.
Disposant d’importants moyens financiers, fruits des détournements des aides humanitaires et autres trafics en tous genres, ces derniers peuvent se permettre des vacances sous des cieux beaucoup plus cléments que ceux des camps. Ce qui ne passe généralement pas inaperçu dans les milieux sahraouis qui supportent depuis plus de 40 ans une situation dont ils ne voient pas l’issue et qui savent que leurs dirigeants se paient des vacances de rêve grâce aux détournements des aides qui leur sont destinées et dont ils ne reçoivent que des miettes. Ce mécontentement qui se généralise dans les différents camps risque d’embraser, une nouvelle fois,  ces camps dont les habitants découvrent, de jour en jour, de nouvelles fraudes et de nouveaux détournements perpétrés par Mohamed Abdelaziz et sa bande. 

Ahmadou El-Katab
Mardi 30 Juin 2015

Lu 654 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés