Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Les maisons menaçant ruine n’en finissent pas de tomber en ruine

Un drame a été évité de justesse dans l’ancienne Médina de Casablanca




​Les maisons menaçant ruine n’en finissent pas de tomber en ruine
Un fait divers qui pourrait passer presque inaperçu tellement le phénomène est banalisé. Une maison s’est effondrée partiellement, il y a quelques jours, dans l’ancienne Médina de Casablanca. Fort heureusement des pertes humaines ne sont pas à déplorer mais le drame a été évité de justesse. En effet, deux personnes ont été évacuées in extremis. Mais la chance ne tournera pas toujours surtout qu’avec la saison des pluies, les risques sont encore plus grands. Les drames se poursuivent et les responsabilités difficiles à  déterminer. Vers qui les doigts accusateurs doivent-ils être pointés ? 
Dans un entretien accordé à Libé, Kamal Daissaoui, président de l’Arrodissement de Sidi Belyout,  a été on ne peut plus clair. Selon lui, «la Charte communale a investi le Conseil de la ville et son président de la compétence dans le domaine des maisons menaçant ruine. L'art 38 et l'art 50 de cette Charte sont clairs à ce propos ». Et de préciser: «L'article 38 de la Charte communale stipule à ce propos que «le Conseil de la communauté décide de la réalisation ou de la participation à la réalisation, de la restructuration urbaine, de la lutte contre l'habitat insalubre, de la mise à niveau des villes anciennes et de la rénovation du tissu urbain». L'article 50 de la même Charte précise que le président du même Conseil a pour mission de «contrôler les constructions négligées ou abandonnées ou menaçant ruine et prend les mesures nécessaires à leur restauration ou leur  démolition, et ce en fonction des lois et statuts en vigueur». Toutefois la problématique dépasse de loin les compétences de la ville vu que des considérations financières sont en jeu. Et M. Daissaoui de rappeler à ce propos que « la ville de Casablanca n'a pas les moyens d'apporter à elle seule la solution à ce grave, épineux et si coûteux problème». Il s’agit en l’occurrence d’investir  des dizaines de milliards de dirhams. 
Que faire dans ce cas ? Pour le président de l’Arrondissement : «Le programme relatif aux maisons menaçant ruine nécessite une volonté politique gouvernementale et locale qui doit en faire une priorité. Il faut dégager pour cela le financement qui correspond avec la création d'une structure qui lui sera exclusivement dédiée, une agence casablancaise de rénovation urbaine qui devra disposer de tous les moyens juridiques, humains et financiers qui lui permettront de s'attaquer de manière frontale et efficace à ce problème».  

Nezha Mounir
Vendredi 14 Novembre 2014

Lu 421 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs