Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Les forces pro-Assad reprennent le contrôle de la base aérienne d'Al Thala

En Virginie, un Américain de 17 ans reconnu coupable d’avoir facilité des voyages de jihadistes en Syrie




​Les forces pro-Assad reprennent le contrôle de la base aérienne d'Al Thala
L'armée syrienne et ses alliés ont repris le contrôle d'une importante base aérienne dans le sud de la Syrie dont certaines parties étaient occupées depuis deux jours par des rebelles, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, vendredi.
Les insurgés, qui avaient pris position dans plusieurs zones de la base d'Al Thala dans la province de Soueïda, ont été contraints de se replier. "Il y a un retrait des rebelles", a commenté Rami Abdoulrahman, responsable de l'OSDH.
En effet, les groupes rebelles réunis au sein du Front sud avaient annoncé jeudi avoir pris au régime de larges parties de la base aérienne de la province de Soueida (sud), jusqu'à présent l'une des places fortes de l'armée.
L'armée de l'air syrienne a procédé à d'intenses bombardements des positions des rebelles et des renforts ont été dépêchés depuis la ville de Soueïda, a-t-il été ajouté.
La conservation de cet aéroport militaire constitue un enjeu stratégique pour les forces pro-Assad après avoir perdu mardi une autre base militaire passée aux mains des combattants du Front du Sud.
Le régime avait déjà perdu mardi une autre base militaire importante dans le sud, où les insurgés bénéficient depuis d'un soutien accru de leurs parrains régionaux, dont l'Arabie saoudite et la Turquie.
Par ailleurs, au moins vingt membres de la minorité druze ont été tués mercredi dans un village de la province d'Idleb (nord-ouest) par le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, lors de violences inédites contre cette communauté, selon l'OSDH. Plus à l'est, les combattants kurdes, appuyés par des frappes de la coalition, avançaient jeudi vers Tal Abyad, une ville frontalière de la Turquie tenue par l'EI qui est aussi très présent dans ce pays, selon l'ONG.
Les réfugiés qui fuient les combats entre forces kurdes et jihadistes dans le Nord ont continué à affluer en Turquie, qui a annoncé son intention de leur fermer provisoirement sa frontière.
Par ailleurs, un Américain naturalisé de 17 ans a plaidé coupable jeudi de soutien à une organisation terroriste, pour avoir envoyé plus de 7.000 tweets dans sa "campagne" de propagande pour le groupe Etat islamique (EI) et facilité le voyage d'un ami en Syrie.
Frêle et portant une fine moustache, Ali Shukri Amin, perdu dans une combinaison de prisonnier trop grande pour lui, a clairement accepté la responsabilité, devant un juge d'Alexandria (Virginie, est), d'une "prolifique présence en ligne" en soutien à l'organisation jihadiste, selon l'expression d'un responsable de la police fédérale américaine (FBI).
Ce lycéen, "intelligent et qui s'exprime bien", avait, de juin 2014 à février 2015, réuni plus de 4.000 followers sur son compte Twitter à AmreekiWitness qu'il avait pensé comme une "plateforme pro-EI", diffusant plus de 7.000 tweets de propagande, d'appel aux fonds ou de conseils divers à ceux qui voudraient s'engager, a expliqué à la presse Andrew McCabe, directeur adjoint du bureau de Washington du FBI.

Samedi 13 Juin 2015

Lu 378 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés