Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Les filles font mieux que les garçons au Bac

179.604 candidats admis à la session ordinaire




​Les filles font mieux que les garçons au Bac
179.604 candidats ont eu leur Bac en poche et 176.500 autres passeront la session de rattrapage. Le taux de réussite annoncé par le ministère de l’Education nationale pour une session marquée par les fuites  est de 51,54% contre 44,03% en 2014 et 43,61% une année auparavant. Une sorte de coup d’accélérateur après un blocage de situation et, surtout, une montée en gamme des filles et une entrée en force de la triche comme donnée désormais structurelle.
Dans le détail, la session ordinaire de ce mois-ci a été marquée par la réussite de 179.604 candidats.  Ce taux parmi les filles s'est élevé à 49,79%, contre 41,23% pour les garçons. Un total de 167.089 candidats scolarisés ont réussi les examens, soit un taux de réussite de 51,54%, contre 17,06% chez les candidats libres, précise un communiqué du ministère relayé par l’agence MAP.
 Le taux de réussite au niveau du pôle des branches scientifiques, mathématiques et techniques s'est élevé à 47,68%, contre 44,48% pour le pôle des branches littéraire et originelle.
 Le nombre total des candidats aux examens du baccalauréat au titre de l'année 2015 a atteint 506.814 élèves, dont 397.459 ont été présents à la session ordinaire de juin 2015, rappelle le ministère.
176.500 candidats passeront la session de rattrapage du baccalauréat qui se déroulera du 7 au 9 juillet, ce qui représente 44,42% des candidats présents lors la session ordinaire. 
Des statistiques dont personne ne peut douter, contrairement à celles que le ministre en charge de ce département, Rachid Belmokhtar, a annoncées sous la Coupole, en regardant droit dans les yeux, des élus de la Nation qui n’en croyaient pas leurs oreilles. Pour le ministre, sur 1600 centres d’examen,  les fuites  n'ont été enregistrées que dans quatre établissements d'enseignement situés dans quatre villes. Quoi qu’il en soit, il pourra toujours plaider la bonne foi en affirmant que le jour du scandale, il n’était ni à son bureau ni occupé à s’enquérir du déroulement des examens, mais plutôt en train de déguster les délices d’une charcuterie nationale réputée. Les quatre établissements, ce doit être certainement ceux dont il a entendu parler entre poire et fromage, mais les autres ; ceux dont la presse nationale tant écrite qu’audiovisuelle a rendu compte, il n’en garde certainement nulle souvenance, préférant le goût de la bonne chère à celui du scandale. 

L.B
Vendredi 26 Juin 2015

Lu 981 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés