Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le personnel du CHU de Casablanca en sit-in




​Le personnel du CHU de Casablanca en sit-in
Un sit-in d’une heure a été observé hier de 10 à 11heures par le personnel médical et paramédical  dans le Centre hospitalier Ibn Rochd à Casablanca. C’est la preuve même du sens de responsabilité dont il ne cesse de faire montre. Ses revendications sont aussi claires que légitimes. 
Ce sit-in a été tenu en signe de protestation contre la volonté  du gouvernement de ne pas  mettre  en œuvre ses engagements  afférents à l’accord du 5 juillet 2011 visant la réforme des Caisses de retraite. Les manifestants qui ont répondu présent à cette action militante appelée par le bureau local  du CHU Ibn Rochd, affilié à la FDT,  ont été unanimes à demander le versement de leurs cotisations non plus au RCAR mais à la CMR, à l’instar de l’hôpital Avicenne et l’Institut Pasteur.  Dans ce cadre, il y a lieu de rappeler que ledit bureau  a été le premier à soulever ce problème  au niveau des 4 CHU de Casablanca, Marrakech, Fès et Oujda, et ce lors de la tenue des Conseils d’administration desdits centres. 
Dans un communiqué rendu public à l’issue de sa réunion du 11 mai, le bureau syndical du CHU de Casablanca  a tenu à indiquer que ce sit-in s’inscrit dans le cadre d’un programme de lutte et sera suivi  certainement par d’autres formes de protestation à même de rendre justice au personnel du CHU et de lui permettre de vivre dans la dignité.
A cause du problème du RCAR, une grande majorité des infirmières et des infirmiers  de ces CHU qui n’ont  jamais voulu de ce régime, ont préféré que leurs pensions soient budgétisées directement au niveau du Budget général de la loi de Finances plutôt que d’être versées au problématique RCAR, peut-on lire dans ledit communiqué.
Et de poursuivre qu’une retraite de faible montant ne dépassant pas les 30%  du salaire mensuel en est la preuve des conditions misérables dans lesquelles vivent celles et ceux qui ont  passé toute leur vie au service des malades et à s’occuper de leur santé. 
Au lieu d’améliorer les conditions de travail et de vie du personnel de ces CHU, le gouvernement persiste dans sa politique d’appauvrissement et d’anéantissement des droits et acquis  des fonctionnaires ainsi que de violations des libertés syndicales.
Il y a lieu de souligner aussi que le ministre de la Santé, Houcine El Ourdi a saisi en date du 17 février 2014 le chef du gouvernement lui demandant  d’intégrer le personnel des  4 CHU au RCAR, et par là même concrétiser les principes d’égalité.  

Larbi Bouhamida
Jeudi 14 Mai 2015

Lu 458 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs