Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le nouveau Code de conduite des chauffeurs de taxi d’Essaouira

L’économie de rente pousse les taximen à gérer leurs recettes au détriment des règlements




​Le nouveau Code de conduite des chauffeurs de taxi d’Essaouira
«Il ne s’agit plus de cas isolés, le comportement incivique de certains  chauffeurs de petits taxis à Essaouira pose  un problème auquel il faut faire face avec la maximum de rigueur», s’indigne un automobiliste scandalisé par le comportement irresponsable d’un chauffeur de taxi.
Effectivement, c’est la loi de «qui embarque des places le premier» qui prime actuellement chez beaucoup de chauffeurs de petits taxis. Lesquels portent gravement atteinte à la notoriété d’un métier exigeant un maximum de retenue, de responsabilité et de comportement civique. 
Les scènes de dérives et d’infractions, non pénalisées malheureusement, se multiplient et se ressemblent  sur les artères de la ville d’Essaouira. Les chauffeurs de taxi se permettent de changer de direction sans en alerter les autres, de s’arrêter brutalement n’importe où pour embarquer un passager et de klaxonner  de manière répétitive et injustifiée pour inciter les automobilistes à griller qui un stop, qui un feu rouge. Des comportements indécents et dangereux qui se déroulent au vu et au su des agents de police. «Nous remarquons depuis quelque temps que les policiers font semblant de ne pas voir les violations commises par bon nombre de chauffeurs de taxi. Qui peut alors protéger les passagers et les usagers de la route de pareilles et dangereuses conduites ?», s’interroge un citoyen dépité.  Certains chauffeurs de petits taxis s’arrogent tous les droits et réagissent de manière agressive aux protestations des usagers de la route.
« Je viens d’être agressé verbalement par un chauffeur de petit taxi qui s’est permis de s’arrêter brutalement devant moi pour embarquer une passagère. C’est scandaleux, il a mis ma vie en danger tout en me refusant le droit de protester », nous a déclaré un automobiliste dans tous ses états. 
Pour les autorités locales, tout citoyen victime d’un comportement inopportun d’un chauffeur de petit taxi peut déposer plainte auprès des services sécuritaires. Il n’a qu’à mémoriser le numéro de taxi s’il n’arrive pas à identifier le chauffeur. 
Pour Aziz Zaatar, professionnel et président de l’Association de l’avenir des œuvres sociales des professionnels des petits taxis à Essaouira, ce comportement est justifié par des contraintes financières. Ces derniers sont toujours victimes de la rente qui handicape le développement et l’organisation du secteur. Pour lui, ils se saignent  les quatre veines pour couvrir les frais du gasoil et le bail du taxi  atteignant parfois 250 DH pour la mi-journée. 
«Le chauffeur est le maillon faible du secteur, il n’a aucune garantie financière ou sociale. Cependant, il est obligé de renflouer les caisses des propriétaires d’agréments», précise Aziz Zaatar. Et  d’attirer l’attention sur le non-respect des critères et conditions pour l’octroi des permis de confiance. Pour lui, rien ne peut justifier certains comportements, nocturnes surtout, adoptés par quelques chauffeurs de taxi. Les services compétents doivent assumer leur responsabilité dans ce sens, a-t-il précisé.  
Pour lui, le secteur a besoin d’une stratégie intégrée qui s’attaque aux vraies causes au lieu de centrer le débat sur des effets. Il a, par ailleurs, réclamé l’implication des professionnels dans le travail  de la commission chargée de l’octroi des permis de confiance pour mieux protéger et encadrer le secteur.  

Abdelali Khallad
Vendredi 13 Mars 2015

Lu 695 fois


1.Posté par jawad le 12/03/2015 20:05
Les propriétaires d'agréments sont les résponsables de cette dérive. De plus certains d'entre eux ont plusieures agréments à leus noms et exigent des sommes déraisonnables alors que le prix de la course est strictement encadré quelque soit le trajet: 10 dh il me semble à Essaouira.Le chauffeur qui loue la voiture et l'agrément n'a d'autres solutions que de faire de la quantité coûte que coûte si il veut s'y retrouver à la fin du mois ce qui bien sur , s'en ressent inévitablement sur la qualité des prestations allant même jusqu' à mettre en danger la sécurité des clients ,du chaffeure , des usagers de la route et des piètons. Il faudrait encadrer par la loie la somme maximum qu'un propriétaire d'agrément peut exiger du chauffeur ( au moins pour ceux qui ont amorti le coût de leur agrément bien qu'il ne soit pas censé être vendu).de sorte que ce dernier puisse vivre décemment et qu'il n'ait plus à prendre des risques pour lui même et les autres afin de gagner sa vie.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés