Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le gouvernement grec discute des réformes avec ses créanciers

La Grèce envisage de puiser dans les caisses de sécurité sociale ou d'utiliser les subventions européennes




​Le gouvernement grec discute des réformes avec ses créanciers
Après un mois et demi de tractations et à court d'argent, le nouveau gouvernement grec de gauche Syriza s'est finalement décidé à entamer les discussions mercredi avec ses créanciers sur les réformes qu'il envisage, tout en poursuivant la guerre des mots envers Berlin et ses créanciers.
C'est à Bruxelles que cette première entrevue a commencé en début d'après-midi entre hauts fonctionnaires d'un nouveau quintet baptisé "Groupe de Bruxelles" par Athènes et composé du gouvernement grec, de l'Union européenne (UE), de la Banque centrale européenne (BCE), du Mécanisme européen de stabilité (MES) et du Fonds monétaire international (FMI).
Les discussions entamées mercredi visent à "avancer sur le détail des réformes" qu'Athènes s'est engagée à mener avec ses bailleurs de fonds, a indiqué une porte-parole de la Commission, Mina Andreeva, en précisant que le "calendrier dépendra des progrès faits". Avec cette nouvelle dénomination de "Groupe de Bruxelles", et en s'incluant dans ce groupe, les Grecs anéantissent au passage le concept honni de "troïka", ces technocrates de l'UE, de la BCE et du FMI dont les visites pointilleuses et hautement sécurisées à Athènes étaient devenues un repoussoir pour la population.
Ce qui n'empêche pas que, parmi les participants aux discussions figurent Declan Costello pour la Commission européenne, Klaus Masuch pour la BCE et Rishi Goyal pour le FMI, soit les chefs de mission de l'ancienne "troïka".
Athènes a qualifié les nouvelles négociations de "politiques et techniques" et souligne qu'elles se dérouleront dorénavant plutôt à Bruxelles. Les discussions entamées mercredi font suite à l'accord conclu à l'arraché le 20 février entre Athènes et ses créanciers, donnant quatre mois de répit, jusqu'à fin juin, au gouvernement grec pour présenter des réformes et espérer en retour une aide financière.
Mercredi, Athènes a levé 1,3 milliard d'euros en bons du Trésor à trois mois, à un taux plus élevé que l'émission similaire il y a un mois, signe de la réticence des marchés à acquérir de la dette grecque.
Le gouvernement envisagerait désormais d'emprunter aux caisses de sécurité sociale ou d'utiliser les subventions européennes pour honorer ses dettes de mars, qui atteignent 6 milliards d'euros dont 1,5 pour le FMI.
Ce ne serait pas la première fois que les caisses de couverture sociale seraient appelées à combler le trou des finances publiques. Lors de la restructuration de la dette publique en 2012, elles avaient ainsi perdu plusieurs milliards d'euros.

Vendredi 13 Mars 2015

Lu 100 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés