Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le dialogue biaisé de Benkirane

Abdelhamid Fatihi : Le dialogue social avec le gouvernement doit porter sur l’ensemble des points du cahier revendicatif qui ne peuvent être divisés ni segmentés




​Le dialogue biaisé de Benkirane
Abdelilah Benkirane  serait-il revenu à de meilleurs sentiments ? Aurait-il enfin compris qu’il ne peut bloquer indéfiniment le dialogue social ? Aurait-il, par ailleurs, fait la part des choses et distingué les Centrales syndicales authentiquement représentatives des autres ? Rien n’est moins sûr. Attendons pour voir.
En tout cas, il vient d’adresser une invitation à qui de droit  pour la reprise dudit dialogue. Il n’en reste pas moins qu’il y a d’ores et déjà pour la réunion  qu’il prévoit pour le mercredi 17 juin anguille sous roche. L’ordre du jour qu’il a lui-même arrêté  comprend deux points pas un de plus.
Contacté par Libération, le secrétaire  général de la Fédération démocratique du travail, Abdelhamid Fatihi, a déclaré que la Centrale est pour tout dialogue sérieux et responsable et des négociations fructueuses. Le dialogue social avec le gouvernement doit porter sur l’ensemble des points  du cahier revendicatif qui ne peuvent être divisés ni segmentés. 
Pour ce qui est du premier point inscrit à l’ordre du jour, à savoir le bilan du pseudo-dialogue dans les secteurs public et privé, Abdelhamid Fathi a tenu  à préciser   qu’aucune revendication n’a été satisfaite par ce gouvernement. Pis encore, même les acquis accumulés ces dernières années  ont été tout bonnement liquidés.
Concernant la réforme de la Caisse marocaine  des retraites (CMR) , chargée  de la gestion des pensions civiles, le secrétaire général de la FDT a fait savoir que la Centrale est prête à discuter de cette question combien importante pour des milliers de Marocains, sans pour autant occulter les autres régimes de retraite. Il est nécessaire de procéder à une réforme globale de l’ensemble des Caisses comme cela a été bien noté aussi  par la Cours des comptes et le Conseil économique, social et environnemental, a-t-il poursuivi. 
Outre l’amélioration de la situation des salariés et des fonctionnaires pour leur permettre de mener une vie digne et de pouvoir faire face au renchérissement du coût de la vie, la liste des revendications de la FDT et les autres centrales syndicales comprend, entre autres, le respect des libertés syndicales et la mise en œuvre du reliquat de l’Accord du 26 avril 2011. 
Depuis son investiture,  le gouvernement Benkirane est parvenu à vider le dialogue social de sa substance   pourtant  institutionnalisé depuis 1996 et les réunions tripartites (gouvernement, syndicats, patronat) qui ont été  périodiques (sessions de septembre et d’avril).
A rappeler  que l’UMT, la FDT, la CDT et l’UGTM ont boycotté les festivités du 1er Mai, en signe de protestation contre la politique antisociale du gouvernement Benkirane  qui fait fi des revendications légitimes de la classe ouvrière. Cette  décision qui a été prise par lesdites centrales à la veille de la Fête du travail a été qualifiée d’historique et de première dans les annales du mouvement syndical au Maroc. 

Larbi Bouhamida
Mercredi 10 Juin 2015

Lu 584 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés