Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le dénommé Abounaim recrache son venin

Institutions et personnalités marocaines cibles de la démence du cheikh




​Le dénommé Abounaim recrache son venin
Le dénommé Abdelhamid Abounaim revient à la charge. Il ressurgit pour s’attaquer encore une fois  à la Commanderie des croyants (Imarat Al Mouminine) et qualifie le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar,   le chercheur amazigh, Ahmed Assid et la chaîne de télévision 2M de sionistes. Dans une vidéo diffusée sur YouTube, Abounaim  s’en est pris également au Conseil supérieur des oulémas,  au ministère des Habous et des Affaires islamiques, à certains supports médiatiques et au conseiller du Roi André Azoulay. 
Le Festival Mawazine n’a pas été épargné par les critiques de ce dernier,  qualifiant  ce qui a été diffusé d’inadmissible et  à l’encontre des préceptes de l’islam.  Le salafiste en question s’est dit déçu que le Conseil supérieur des oulémas n’ait pas émis de fatwa concernant les spectacles de Mawazine qui, selon lui, sont une  guerre  déclarée contre Dieu, son prophète et la religion musulmane.  
Il y a quelques mois, le prétendu cheikh, Abdelhamid Abounaim, avait, rappelle-t-on, apostasié le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, les femmes ittihadies, et les intellectuels marocains dont  Abdellah Laroui, Ahmed Assid, et feu Mohamed Abed El Jabri. Il avait également attaqué les figures emblématiques de l’USFP qui ont lutté pour la démocratie et la liberté au Maroc dont le martyr Mehdi Ben Barka.  
Le tribunal de première instance de Casablanca a condamné, en février dernier, à un mois de prison avec sursis Abdelhamid Abounaïm, poursuivi pour outrage à corps constitué et diffamation.
Le tribunal, qui a retenu les chefs d'accusation contre Abounaïm, a aussi condamné ce dernier à verser une amende de 500 dirhams. 
Une décennie après  le lancement du vaste chantier de la réforme du champ religieux, la présence, malheureusement,  de prêcheurs qui ne connaissent d’autre langage que celui de la haine et de l’excommunication, ni d’autre religion que celle de l’extrémisme le plus abject perdure. 
Ce chantier de réforme du champ religieux, rappelle-t-on, a été initié en 2004 dans l’objectif de préserver notre référentiel religieux basé sur la Sounna et le rite malékite et prônant un effort d’interprétation en conformité avec les finalités magnanimes de la Charia, la souplesse, la modération et le juste milieu et loin de tout rigorisme, extrémisme ou excès. 

L.B
Samedi 6 Juin 2015

Lu 1237 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs