Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le déficit de la liquidité bancaire se creuse de 9%


 Le déficit de la liquidité bancaire s'est creusé durant la semaine précédente de 9%, comparativement à son niveau, une semaine auparavant, selon BMCE Capital Global Research (BKGR). Pour y répondre, la Bank AlMaghrib (BAM) a augmenté de 21% à 36,92 milliards de dirhams (MMDH) ses avances à 7 jours au moment où les placements du trésor se sont renforcés significativement pour atteindre près de 40,8 MMDH au lieu de 7,95 MMDH une semaine auparavant en raison du paiement de l'acompte IS qui a augmenté les recettes du trésor, indique BKGR dans sa récente lettre monétaire et obligataire. Dans ces conditions, le taux moyen pondéré demeure aligné sur le taux directeur en se stabilisant à 1,5%, précise la même source. Sur le marché primaire, rapporte la MAP, lors de la dernière séance d'adjudication dont le règlement est prévu le 11 octobre, le trésor a émis 2,5 MMDH sous forme de bons par voie d'adjudications sur la ligne 2 ans au taux limite de 1,74%, fait savoir BKGR, ajoutant que dans ces conditions, la courbe primaire s'est inclinée légèrement suite à la baisse du taux de la ligne 2 ans de 0,6 pbs à 1,73%. Quant au marché secondaire, il a fait preuve de moins de dynamisme cette semaine, avec un volume global en recul de 36% à 16,9 MMDH, lequel a été polarisé à hauteur de 41% par les maturités de long terme. La courbe secondaire s'est globalement appréciée suite notamment à la hausse du taux de la ligne 52 semaines de 2,8 pbs à 1,58% et la ligne 2 ans de 2,0 pbs à 1,73%. Durant la prochaine période, BAM réduira davantage son dispositif monétaire avec l'émission de seulement 27,76 MMDH sous forme d'avances à 7 jours, soit un recul de 25% comparativement à une semaine auparavant, estime BKGR. En tenant compte de la baisse de 9% des besoins de financement du trésor pour le mois d’octobre, les taux d'intérêt devraient se maintenir à leur niveau actuel. Reste à surveiller si la hausse constatée sur la courbe secondaire n’est qu’un épiphénomène ou une tendance lourde qui pourrait affecter également les taux primaires, conclut BKGR.

Libé
Lundi 11 Octobre 2021

Lu 518 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS