Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le Président nigérian ordonne une enquête sur l'impair diplomatique commis par ses services

L’ambassadeur du Maroc à Abuja rappelé pour consultations




​Le Président nigérian ordonne une enquête sur  l'impair diplomatique commis par ses services
Le  Président nigérian Goodluck Jonathan a ordonné vendredi l'ouverture d'une enquête pour démêler un imbroglio diplomatique avec le Maroc, qui a conduit Rabat à rappeler son ambassadeur.
 L'enquête fait suite à un communiqué du ministère des Affaires étrangères nigérian diffusé le week-end dernier et relayé par l’AFP, indiquant que le président Jonathan avait eu une conversation téléphonique avec S.M le Roi Mohammed VI.
Les services du  président nigérian ont démenti vendredi que cette conversation ait jamais eu lieu et ont déclaré que M. Jonathan était «choqué, surpris et très embarrassé par la polémique».
 Dès dimanche dernier, les autorités marocaines avaient affirmé que M. Jonathan avait souhaité s'entretenir par téléphone le 6 mars avec S.M le Roi Mohammed VI, mais que le Souverain n'avait «pas jugé opportun d'accéder à cette demande».
«Le  président Jonathan a (...) ordonné au ministre des Affaires étrangères Aminu Wali de mener de toute urgence une enquête approfondie sur l'affirmation émanant du ministère qui indiquait que le  président avait parlé à S.M le Roi Mohammed VI», a souligné vendredi un communiqué de la présidence nigériane.
«Le  président Jonathan n'a ni parlé avec le Roi Mohammed VI, ni dit à quiconque qu'il avait eu une conversation téléphonique avec le monarque marocain», a ajouté le document.
Pour justifier le refus du Souverain, le ministère des Affaires étrangères avait évoqué dimanche «le contexte électoral» au Nigeria, en référence à la  présidentielle du 28 mars à laquelle concourt M. Jonathan, ainsi que les «positions hostiles» d'Abuja sur le dossier du Sahara.
M. Goodluck «est  président depuis cinq ans et n'avait jusque-là effectué aucune demande de contact téléphonique. (...) On ne peut donc trouver qu'une signification à sa démarche: celle de vouloir s'afficher avec un dirigeant d'un pays arabe et musulman» à l'approche des élections, avait expliqué une source diplomatique marocaine.
«C'est une question de principe. Nous souhaitions éviter une tentative de récupération politique», notamment vis-à-vis des populations du nord du Nigeria à majorité musulmane, a-t-elle ajouté.
Le ministère des Affaires étrangères avait annoncé mardi le rappel pour «consultations» de l’ambassadeur du Maroc à Abuja.
Les services du  président Jonathan ont déclaré vendredi qu'il s'était entretenu avec plusieurs dirigeants africains pour obtenir leur soutien à une candidature nigériane pour gouverner la Banque africaine de développement. Mais, a ajouté la présidence, il doit encore s'entretenir avec S.M le Roi Mohammed VI.

Lundi 16 Mars 2015

Lu 310 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés