Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le Parlement turc examine une loi controversée

Les opposants craignent un Etat policier




​Le Parlement turc examine une loi controversée
Le Parlement turc devait entamer hier mardi l'examen d'un projet de loi très controversé du gouvernement islamo-conservateur qui va muscler les pouvoirs des forces de l'ordre au point, selon ses détracteurs, de transformer le pays en "Etat policier".
Porté par des députés du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir, ce texte, baptisé "Réforme de la sécurité intérieure", assouplit très largement le régime des interpellations, perquisitions et écoutes téléphoniques hors contrôle judiciaire de même qu'il renforce les outils utiles à la répression des manifestations. 
Le début de son examen a déjà été reporté à deux reprises à cause des critiques qu'il suscite et, surtout, pour ne pas contrarier le processus de paix engagé à l'automne 2012 entre les autorités et la rébellion du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).
 Le Premier ministre Ahmet Davutoglu a assuré lundi soir que le projet "sera adopté et qu'en même temps le processus de paix avancera".
 A l'inverse, l'aile politique du PKK a estimé dimanche que le vote de cette loi mettrait l'ensemble des discussions "en danger". 
 L'idée de ce nouvel arsenal est née des violentes émeutes pro-kurdes provoquées en octobre par le refus d'Ankara d'intervenir militairement au profit des milices kurdes qui défendaient la ville syrienne de Kobané, à la frontière turque, assiégée par le groupe Etat islamique (EI). Les jihadistes ont été chassés de la ville le mois dernier. Très violents dans le sud-est de la Turquie, les affrontements entre militants kurdes et la police ou des sympathisants islamistes se sont soldés par une quarantaine de morts.
 M. Davutoglu avait alors annoncé le dépôt d'une nouvelle loi. "Nous n'abandonnerons pas les rues de ce pays aux vandales et aux terroristes", a-t-il répété dimanche.  Son texte doit permettre à la police de mener perquisition, arrestations ou écoutes sur la base de simples "soupçons" et en l'absence de tout mandat judiciaire.
 Parmi ses autres mesures symboliques, il autorise les forces de l'ordre à utiliser leurs armes à feu contre tout manifestant porteur de cocktails Molotov et interdit aux protestataires de dissimuler leur visage, sous peine de cinq ans de prison.
 Enfin, le texte modifie le régime de la garde à vue. Jusqu'ici autorisée pour vingt-quatre heures sur mandat du procureur et extensible à quarante-huit heures par un juge, elle pourra désormais être décidée par la seule police pendant vingt-quatre heures en informant le procureur, qui pourra l'étendre ensuite à quarante-huit heures.
 Les rivaux du président Recep Tayyip Erdogan, qui règne sans partage sur le pays depuis 2003, ont dénoncé dans ce texte une nouvelle étape de sa dérive autoritaire, après la violente répression de la fronde populaire de juin 2013.
 "La Turquie avance vers un nouveau régime, celui du fascisme", a estimé Sezgin Tanrikulu, le vice-président du Parti républicain du peuple (CHP, centre-gauche).
"Ces mesures assurent la sécurité de nos citoyens", a déclaré le ministre de l'Intérieur Efkan Ala. "Seuls les terroristes et les traîtres peuvent s'opposer à ce projet", a renchéri un député influent de l'AKP, Mustafa Elitas.
 L'UE, les ONG et la société civile ont exprimé leurs vives réticences face au texte. "Ce projet est la proclamation de la loi martiale", a résumé le président des bâtonniers de Turquie, Metin Feyzioglu. 

AFP
Mercredi 18 Février 2015

Lu 140 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés