Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le PJD tente d’enterrer l’affaire El Haya

La solidarité gouvernementale et la realpolitique font des ravages à Casablanca




​Le PJD tente d’enterrer l’affaire El Haya
Le PJD tente-t-il d'enterrer l'affaire Mustapha El Haya et de tourner la page de cet épisode le plus tôt possible ? C’est ce que laisse penser la dernière sortie du responsable régional du parti islamiste à Casablanca qui s’est désolidarisé  des propos de son édile local en précisant que ces derniers n’engageaient que lui et qu’ils ne reflèteraient en aucun cas la position du PJD.  
Pour plusieurs observateurs, la position du PJD n’a rien de surprenant et qu’il  ne peut agir autrement.  « Les responsables du parti islamiste sont unanimes sur le fait de mettre un terme à cette affaire ou mieux de la régler à huis clos. Ils ne veulent pas risquer de s’aliéner un allié de taille tel que le RNI notamment dans un contexte politique un peu tendu», nous a précisé une source sollicitant l’anonymat. Même son de cloche de la part de cet autre édile de la ville qui a également sollicité l’anonymat. « Le PJD ne va pas défendre son élu. Ceci d’autant plus que plusieurs questions se posent sur le timing qu’il a choisi pour tenir ses  propos», nous a-t-elle expliqué.  
Pourtant, ces observateurs sont unanimes à considérer que le vrai débat est ailleurs. Pour eux, c’est le silence assourdissant qui entoure cette affaire et qui suscite moult interrogations.  
En effet, ni le gouvernement - et notamment son ministre  de la Justice et des Libertés- , ni le bureau dirigeant du Conseil de la ville de Casablanca, ni le wali, ni  l’entreprise concernée n’ont pipé mot depuis le déclenchement de cette affaire alors que les propos d’El Haya accusent, de manière directe, le frère de l’actuel ministre de l’Economie et des Finances d’avoir accaparé le marché afférent à la construction et à l’entretien des infrastructures routières de la capitale économique. « Ces déclarations sont graves et exigent l’ouverture immédiate d’une enquête de la part de la BNPJ puisqu’il s’agit d’accusations qui tombent sous le coup de la loi. Le ministre de la Justice et des Libertés est donc instamment appelé à diligenter une enquête approfondie en sa qualité de chef du parquet. Et ce dans l’objectif de poursuivre les inculpés s’il y a lieu ou El Haya au cas où ses déclarations ne seraient pas fondées», nous a déclaré Mohamed Tarek Sbaï, président de l'Instance nationale de protection des biens publics (INPBP). 
Mais Mustapha Ramid aura-t-il le courage de diligenter une pareille enquête ? « Non », nous a répondu une source proche du dossier avant de préciser que « ce n’est pas la première fois que des irrégularités et des soupçons de corruption aient plané sur les marchés publics contractés par le Conseil de la ville de Casablanca et ce ne sera certainement pas  la dernière. Tout le monde sait qu’il y a anguille sous roche mais personne ne fait quoi que ce soit pour mettre les choses au clair. Y compris les responsables du parti islamiste qui dirige le gouvernement depuis plus de deux ans et demi et qui a fait de la lutte contre la corruption l'un des chevaux de bataille de sa propagande électorale».  « Dernièrement, deux affaires de corruption ont éclaté au grand jour. La première  avait mis en cause le maire de Casablanca dans une affaire de corruption dans le traitement de l’appel d’offres relatif à la station de prétraitement de Sidi Bernoussi. La seconde avait mis en lumière des irrégularités dans l’appel d’offres concernant la gestion de déchets à Casablanca. Pourtant, rien n’a été fait. Il n’y a eu ni investigations ni enquête. Ces deux affaires ont été bel et bien enterrées en un temps record », nous a confié une autre source. 
 

Hassan Bentaleb
Mardi 4 Novembre 2014

Lu 518 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés