Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le Nigeria meurtri par des attentats en série

Goodluck Jonathan à Baga reprise à Boko Haram




​Le Nigeria meurtri par des attentats en série
A un mois des élections, le président nigérian Goodluck Jonathan s'est rendu jeudi à Baga, décimée en janvier par le groupe islamiste Boko Haram et reprise samedi par l'armée, alors que le pays continuait à être secoué par des attentats en série.
Le 3 janvier, les combattants de Boko Haram avaient soulevé la réprobation internationale en faisant de Baga, un port de pêcheurs sur les rives du Lac Tchad, une ville martyre. Ils y avaient tué des centaines de civils, voire plus, un massacre considéré comme le plus important jamais commis par les insurgés depuis six ans.
Samedi, l'armée avait annoncé avoir repris la ville après deux jours de combats en tuant "un grand nombre de terroristes". Elle avait ensuite diffusé des dizaines de photos montrant nombre de véhicules, d'armes et de munitions de Boko Haram détruits dans les combats.
La prise de Baga fait partie de la contre-offensive menée par le Nigeria et les pays voisins (Tchad, Cameroun et Niger) contre Boko Haram pour sécuriser et stabiliser la région.
Au même moment, plusieurs attentats secouaient le centre et le nord-est du Nigeria, faisant au moins 35 morts. Même s'ils n'ont pas été revendiqués, tous les soupçons se portaient sur Boko Haram, coutumier de ce genre d'attaques depuis le début de son insurrection en 2009.
C'est d'abord la ville de Biu, dans l’Etat de Borno (nord-est), qui a été touchée, victime de deux kamikazes se faisant passer pour des commerçants. Au moins 18 personnes ont été tuées par le premier kamikaze qui s'est fait exploser dans la gare routière, tandis que le second a été abattu avant qu'il n'actionne sa charge explosive, ont raconté des témoins à l'AFP.
Par ailleurs, à Jos, dans le centre du pays, à 250 km d'Abuja, au moins 17 personnes sont mortes dans deux explosions survenues à nouveau dans une gare routière, a-t-on appris de source militaire. Deux engins explosifs ont été lancés par des assaillants à bord d'une voiture qui circulait à vive allure.
Le chef d’Etat en visite à Baga dans le contexte de la campagne électorale actuellement en cours dans le pays a été vivement critiqué pendant la campagne pour son incapacité à endiguer l'insurrection islamiste.
Son principal rival à la présidentielle, l'ex-général Muhammadu Buhari, a promis quant à lui de donner tous les moyens nécessaires à l'armée pour en finir avec Boko Haram, s'il était élu.
Depuis 2009, l'insurrection de Boko Haram et sa répression par les forces nigérianes ont fait plus de 13.000 morts et 1,5 million de déplacés au Nigeria, essentiellement dans le nord-est du pays où le groupe extrémiste contrôle des pans entiers de territoire. 

AFP
Samedi 28 Février 2015

Lu 300 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés