Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le “Drive in” pour ne pas se priver des plaisirs de la vie




​Le “Drive in”  pour ne pas  se priver  des plaisirs  de la vie
“Quand on aime la vie, on va au cinéma”, disait le célèbre slogan des années 1970. Sauf qu’avec l’état d’urgence sanitaire, les salles obscures sont fermées, tout comme les autres activités de spectacle et de loisirs.
Mais après plusieurs jours de confinement et une baisse des revenus, certains ont trouvé la parade : regarder un film sur écran géant en restant dans sa voiture. L’idée ne date pas d’aujourd’hui. Durant les années 1950, les Américains découvraient les dernières sorties du Box-office au volant de leur voiture devant des écrans géants installés dans des parkings, des places publiques ou sur les plages. Depuis une semaine, l’expérience a été testée en Lituanie sur le tarmac de l’aéroport de la capitale, à l’arrêt en raison de la suspension du trafic aérien.
A l’occasion du festival international du film de Vilnius, l’aéroport accueille plus de 200 voitures, avec chacune deux occupants au maximum, pour suivre les films programmés tous les jours et jusqu’à la fin du mois de mai.
Parfaitement conforme aux règles de distanciation sociale, cette initiative a été adaptée aux concerts de musique au Danemark et en Allemagne. Au Royaume uni, l’English national Opera a annoncé l’ouverture prochaine du premier opéra “drive-in”. Le public londonien pourra se rendre en voiture ou à vélo pour assister à une représentation en plein air. Selon ses organisateurs, l’opéra drive-in pourra accueillir 300 véhicules, motos et vélos qui stationneront devant une scène montée pour l’occasion. Pour l’encouragement des artistes, les klaxons et les appels de phare remplaceront les applaudissements et les sifflements du public.
 En France, ce moyen a même été utilisé à des fins religieuses. Depuis quelques jours, les paroissiens d’une église à Limoges s’offrent une “drive confession”. Le prêtre, installé sous une tonnelle au parking de l’église, procède au cérémonial en toute discrétion, en attendant la reprise des messes.
Vrai cauchemar pour les écologistes, mais une aubaine pour les industries du spectacle, profondément affectées par les effets de la pandémie du covid-19, le drive in deviendra probablement le moyen le plus sûr et le plus confortable pour profiter des plaisirs de la vie tout en évitant d’être contaminé. Mais comment faire quand on n’a pas de voiture lorsque l’on veut offrir des frites à ses enfants, sachant que les restaurants ont ouvert leurs services uniquement en drive in ? Qu’à cela ne tienne. Une belge, accompagnée de ses deux filles, a fait la file devant un fast-food et passé commande dans une voiture en carton. A l’arrière de sa « cartomobile», l’on pouvait lire : «Désolés, on n’a pas de voiture, et on a envie d’un McDo”. Sur leur chemin, les passants rigolaient, prenaient des photos et klaxonnaient. Quand soudain une voiture de police arrive. Pas de panique, les agents ont juste posé quelques questions de routine, puis ont pris des photos avec la famille.  “Nous avons visiblement rendu le sourire aux personnes croisées. C’est le principal, ça fait du bien en cette période, d’autant plus que nous n’avons mis personne en danger”, a déclaré la maman tout amusée. 

Jeudi 7 Mai 2020

Lu 1082 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif