Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le Conseil supérieur de l’éducation appelle à une implication collective pour la promotion de l’école




​Le Conseil supérieur de l’éducation appelle à une implication collective pour la promotion de l’école
Le Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique a ouvert, à Agadir, un dialogue régional sur "la réhabilitation du système d'éducation, de formation et de recherche scientifique", avec la participation de plusieurs intervenants institutionnels, élus et députés, représentants des partis politiques, des syndicats et de la société civile et nombre d'acteurs économiques. 
A l'ouverture de cette rencontre régionale, la 7ème du genre, Abdelkrim El Madoune, membre du Conseil supérieur, a souligné que ce dialogue régional vise la mobilisation de toutes les parties prenantes en vue d'une implication collective dans la promotion de l'école marocaine et le renforcement, selon une approche participative, de l'engagement continu pour la mise en œuvre des projets y afférents. 
Il a expliqué que cette rencontre ambitionne de partager les diagnostics établis par le Conseil en vue de donner la priorité aux propositions visant l'évaluation du système éducatif dans le cadre d'une interaction permanente avec les acteurs régionaux et locaux pour l'élaboration des fondements et objectifs du rapport stratégique sur la réforme globale du secteur et l'amélioration de sa qualité. 
Sur les prérogatives du Conseil et des domaines de son intervention, il a mis l'accent sur l'impératif de faire le distinguo entre quatre piliers, en l'occurrence les missions des encadrants, la gouvernance, la mise en place du dispositif juridique et organisationnel, et la réflexion et l'analyse stratégique de la place sociale de l'école et de ses missions, ainsi que du rôle de l’université et des fonctions de la recherche scientifique.
Par la même occasion, Mme Sâadiya Nissaii, membre du Conseil supérieur, a présenté un exposé succinct comportant certains éléments des résultats du rapport analytique sur le bilan de la mise en œuvre de la Charte nationale de l'éducation et de la formation (2000-2013). 
A ce propos, elle a passé en revue les principaux acquis réalisés dans le cadre de la réhabilitation du système éducatif en termes de généralisation de l'enseignement, de mobilisation des ressources, de promotion de l'équité et de l'égalité, de l'apprentissage et de la qualité de l'encadrement scolaire, en plus des approches pédagogiques et de la gouvernance et de la gestion de la chose éducative. 
Aussi a-t-elle évoqué nombre d'obstacles entravant la mise en application optimale des programmes éducatifs, notamment ceux liés à la conception de la réforme, à la participation et à l'implication des acteurs concernés, aux mécanismes de vigilance, de suivi et d'évaluation et aux programmes de formation. 
De son côté, Driss Abou Tajeddine, membre lui aussi du Conseil supérieur, a donné un aperçu sur les principaux axes proposés pour une réflexion proactive sur la réforme du système éducatif, soulignant à cet effet l'importance de la généralisation, de la qualité et du droit à l'éducation-formation, la question des programmes, des méthodes et des formations, et le rôle prépondérant des acteurs éducatifs en matière d'enseignement, d'encadrement, d'orientation, de planification et de gestion. 
Il a également évoqué les questions liées à la gouvernance dans le système éducatif, le rôle du secteur privé, la place de la recherche scientifique et de l'innovation pour l'accès à la société du savoir et de la connaissance et les missions sociales et culturelles de l'école dans son rapport avec son environnement, en plus de la réforme éducative et son interaction avec la dimension régionale. 
Les travaux de cette rencontre-débat ont été émaillés par une série d'interventions qui se sont longuement attardées sur nombre de déficiences, notamment l'abandon et le décrochage scolaires, les sureffectifs, la faiblesse des infrastructures pédagogiques, les limites du soutien social, le manque d'une offre universitaire diversifiée et l'absence d'une adhésion large et efficiente des collectivités locales et des autres partenaires, prélude essentiel pour mettre l'école au cœur des préoccupations nationales et locales.

Vendredi 31 Octobre 2014

Lu 103 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés