Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le Canada relève son niveau d'alerte sur les risques d'attentat

Premier acte violent lié à l’extrémisme




​Le Canada relève son niveau d'alerte sur les risques d'attentat
Le niveau d'alerte sur les risques d'actions terroristes au Canada a été relevé d'un cran "de bas à moyen", a indiqué mardi le ministère fédéral de la Sécurité publique après qu'un soldat a été tué par un homme "radicalisé" aux idées islamistes.
 L'échelle des risques n'est pas connue publiquement car présentée comme "un outil interne qui permet aux organismes de sécurité d'informer les premiers intervenants du niveau de la menace au Canada", a indiqué Jean-Christophe de Le Rue, porte-parole du ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney.  "La décision de relever ce niveau est liée à une augmentation de l'ensemble" des conversations des organisations islamistes radicales comme le groupe Etat islamique (EI), les shebab somaliens ou le groupe Al-Qaïda, a-t-il ajouté.
 En remontant d'un cran ce niveau d'alerte, le Canada estime qu'"un individu ou un groupe au Canada ou à l'étranger a l'intention et la capacité de commettre un acte terroriste", selon la même source. Cette décision intervient après qu'un jeune Québécois de 25 ans a fauché mortellement lundi un militaire en tenue avant d'être abattu par la police, dans un geste qualifié d'acte terroriste par le gouvernement canadien.
 Le porte-parole de M. Blaney a précisé que la remontée du niveau d'alerte "ne découle pas d'une menace précise". Par ailleurs, le gouvernement canadien a clairement mis en avant mardi la piste terroriste après la mort du militaire.  Cet attentat est le premier lié à l'extrémisme islamiste de l'histoire du Canada.   Son auteur, âgé de 25 ans, Martin Rouleau-Couture, était suivi depuis plusieurs mois par les services du renseignement, alertés à la fois par sa famille et ses écrits pro-islamistes sur les réseaux sociaux.
 En juillet, le jeune homme avait même été arrêté à l'aéroport alors qu'il était sur le point de s'envoler pour la Turquie, a révélé mardi Martine Fontaine, commissaire de la Gendarmerie Royale du Canada (GRC, police fédérale) en précisant que la police lui avait alors "confisqué son passeport".  Converti à l'islam et fréquentant la mosquée de sa ville québécoise d'origine, le présumé terroriste avait pris le temps de revendiquer son geste lundi au numéro d'urgence de la police alors qu'il était pourchassé par une voiture de patrouille, après avoir volontairement renversé deux militaires avec son véhicule.
 "Nous prenons la menace terroriste au sérieux. Ce drame rappelle douloureusement que cette menace est bien réelle", a commenté le ministre canadien de la Sécurité publique, Steven Blaney, dont les services ont relevé mardi le niveau national d'alerte des risques d'attentats terroristes de "bas" à "moyen".
 Très vite après le drame, la piste terroriste a été privilégiée, tant en raison du profil du jeune chauffard, que pour son mode opératoire: une voiture lancée contre une cible. 
 Ce procédé a été rapproché du message délivré en septembre par Abou Mohammed al-Adnani, le porte-parole du groupe Etat islamique, qui avait appelé à l'assassinat de tout "mécréant, qu'il soit civil ou militaire", en le frappant, en l'égorgeant ou encore en l'écrasant avec sa voiture. 

AFP
Jeudi 23 Octobre 2014

Lu 307 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés