Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le CICR confronté à des problèmes logistiques pour acheminer de l’aide au Yémen

Des dizaines de morts dans des combats dans le sud




​Le CICR confronté à des  problèmes logistiques pour  acheminer de l’aide au Yémen
Le CICR (Comité international de la Croix-Rouge) est confronté à des "problèmes logistiques" pour acheminer son aide au Yémen, a déclaré lundi à l'AFP une porte-parole de l'organisation humanitaire basée à Genève.
 "Nous avons les autorisations pour acheminer un avion cargo chargé de fournitures médicales", mais il y a un problème concernant l'atterrissage à l'aéroport de Sanaa, "où de moins en moins d'appareils peuvent se poser", a déclaré Sitara Jabeen.
 "Nous essayons de résoudre ces problèmes logistiques", a-t-elle ajouté.
 Concernant la ville d'Aden, la porte-parole a indiqué que le CICR veut y amener une équipe chirurgicale, actuellement basée à Djibouti.
 "Nous avons besoin de l'autorisation de toutes les parties" au conflit, a-t-elle dit, "pour des raisons de sécurité".
 L'équipe de Djibouti devrait venir par bateau. Samedi, le CICR avait lancé un appel à une trêve humanitaire de 24 heures au Yémen afin d'apporter un soutien médical à la population.
 Malgré des efforts intenses et des contacts répétés durant la semaine avec toutes les parties au conflit, le personnel et les fournitures médicales dont ont désespérément besoin les populations n'ont pas pu être acheminés, avait expliqué l'organisation internationale dans un communiqué.
 Le CICR avait demandé à ce que toutes les voies aériennes, maritimes et terrestres soient ouvertes sans délai pour au moins 24 heures afin de pouvoir aider les populations qui ont été coupées des secours après plus d'une semaine de raids aériens et de combats au sol. 
Quelque 48 tonnes de médicaments et de kits chirurgicaux attendent le feu vert pour partir pour le Yémen par avion ou par bateau, selon le CICR, qui précise que ceux-ci permettraient de traiter entre 2.000 et 3.000 personnes.
 Le CICR se tient également prêt à expédier des tentes, des générateurs et des équipements pour réparer les réseaux d'approvisionnement en eau endommagés, tandis qu'une équipe chirurgicale de quatre personnes est en stand-by à Djibouti en attendant d'être déployée à Aden.
Par ailleurs, des dizaines de rebelles et de partisans du président au Yémen ont péri dans de violents combats nocturnes pour le contrôle de la ville de Dhaleh, dans le sud, ont indiqué des responsables de l'administration provinciale.
 Indépendamment des raids aériens menés par l'Arabie Saoudite depuis le 26 mars, des affrontements opposent dans plusieurs régions du Yémen les rebelles chiites houthis, soutenus par l'Iran, à des combattants de "comités populaires" (supplétifs de l'armée fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi en exil à Ryad). 
 "Au moins 19 Houthis et 15 membres des comités populaires ont été tués dans les combats" à Dhaleh, a déclaré à l'AFP un responsable provincial qui a requis l'anonymat.
Les combats se sont déroulés sur les principales avenues de la ville, située au nord d'Aden, et les belligérants ont "utilisé des armes lourdes", a-t-il ajouté.
 "Des combats de rue ont eu lieu à Dhaleh après l'arrivée d'importants renforts des Houthis en provenance d'Ibb", plus au nord, a indiqué un autre responsable provincial.
A Zinjibar, capitale de la province d'Abyane, à l'est d'Aden, des membres des "comités populaires" assiègent depuis dimanche soir la Brigade 115 de l'armée, fidèle à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, allié aux Houthis, selon des partisans de M. Hadi.
 Ces derniers ont pris tard dimanche, avec l'appui d'hommes armés des tribus, le contrôle de la localité de Doufes, sur la route reliant Zinjibar à Aden, pour empêcher l'arrivée de renforts à la Brigade 115.
 Les combats autour de Doufes ont fait deux morts parmi les supplétifs de l'armée et cinq parmi les Houthis, selon des sources médicales.

Mardi 7 Avril 2015

Lu 67 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés