Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La trêve respectée en Ukraine

Un tournant dans la position des rebelles




​La trêve respectée en Ukraine
L'armée ukrainienne et les rebelles prorusses devaient entamer mercredi le retrait des armes lourdes de la ligne de front pour créer une zone tampon large de 30 km, au lendemain de l'entrée en vigueur d'une trêve qui semble tenir.
 Un silence inhabituel a régné dans la nuit et la matinée à Donetsk, fief des séparatistes prorusses, selon des journalistes de l'AFP. 
 Interrogées par l'AFP, plusieurs personnes présentes dans des points chauds du front de l'Est ont confirmé que la trêve était globalement respectée. 
 A Piski, village sous contrôle ukrainien près de l'aéroport de Donetsk, les rebelles tiraient sporadiquement à l'arme légère mais "très rarement à l'arme lourde", a témoigné Maxime, volontaire du groupe paramilitaire radical Pravy Sektor.
 Et non loin de là, à Tonenké, "le calme a régné au cours des dernières 24 heures", selon Mykhaïlo, commandant d'une unité des chars ukrainiennes.
 Dans la région voisine séparatiste de Lougansk, les armes se sont tues depuis 24 heures dans les localités Stanista Louganska et Chtchastia, théâtre de vifs combats ces dernières semaines, selon deux responsables locaux interrogés par l'AFP. 
 Il s'agit de la quatrième trêve en huit mois qui, si elle est respectée, devrait déboucher sur le retrait des armes lourdes de la ligne de front pour créer une zone tampon large de 30 km
 Son entrée en vigueur mardi aurait dû coïncider avec les négociations de paix à Minsk. Mais ces premiers pourparlers depuis trois mois ont été reportés. 
 L'un des responsables séparatistes, Andreï Pourguine, interrogé mercredi par l'AFP, a estimé que les pourparlers pourraient avoir lieu vendredi mais que les discussions sur la date et le lieu de la rencontre étaient toujours en cours.
Une nouvelle date de rencontre entre le Groupe de contact composé de représentants de l'Ukraine, de la Russie, de l'OSCE et de séparatistes ukrainiens devait être déterminée mercredi lors d'une vidéo-conférence, avait indiqué la veille un autre responsable séparatiste Denis Pouchiline.
 Selon lui, les séparatistes exigent que les négociations portent notamment sur la "levée du blocus économique" de la zone sous contrôle rebelle dont Kiev a entièrement stoppé le financement. 
 "La date peut être fixée dès qu'on se met d'accord sur l'agenda" de cette rencontre, a-t-il souligné. 
 Les autres demandes des rebelles portent sur l'échange de prisonniers ainsi que la "mise en œuvre" de deux lois ukrainiennes prévoyant l'amnistie pour certains combattants rebelles et donnant davantage d'autonomie aux territoires sous leur contrôle, selon la même source. 
 Ce dernier point témoigne d'un tournant dans la position des rebelles, qui avaient rejeté cette proposition légale de Kiev en septembre en estimant que la législation ukrainienne ne s'appliquait pas dans les deux républiques autoproclamées.
 Cette volte-face pourrait refléter la nouvelle politique de la Russie dont le soutien affiché aux rebelles a déclenché une crise sans précédent dans ses rapports avec l'Occident et lui a valu de grosses pertes économiques.  

AFP
Jeudi 11 Décembre 2014

Lu 313 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés