Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La méthode Merah et Nemmouche s’exporte au Canada

Deux Canadiens s’en prennent à des militaires au nom du jihad


Deux Canadiens s’en prennent à des militaires au nom du jihad



​La méthode Merah et Nemmouche s’exporte au Canada
Le Canadien Michael Zehaf-Bibeau 32 ans, l’auteur de la fusillade au Parlement d'Ottawa qui, mercredi, a coûté la vie à un militaire, le caporal Nathan Cirillo 24 ans en faction devant le Monument aux morts et blessé au moins trois personnes, a été abattu en milieu de journée. Aussitôt le forfait commis, sa photo a été diffusée par un compte tweeter associé à l’organisation de l’Etat islamique.
L’homme armé d’un fusil de chasse, après avoir tiré sur un des soldats qui font la garde honorifique devant le Monument aux morts, a volé ensuite une voiture officielle et s’est rendu au Parlement, poursuivi par des policiers armés de fusils. Il s’en est suivi des tirs nourris  et trois personnes ont été blessées. Le forcené a finalement été abattu par le chef de la sécurité du Parlement, un ancien officier de la Gendarmerie royale du Canada. 
Né à Montréal d’une mère québécoise Susan Bibeau, fonctionnaire du gouvernement, et d’un père d’origine libyenne, Belkacem Zehaf, anciennement propriétaire d’un bar à Montréal et actuellement en Libye, il passait pour être un loup solitaire à l’image d’un Mohamed Merah ou d’un Mehdi Nemmouche, auteurs, eux, de fusillades en France à Toulouse et en Belgique à Bruxelles.
Michael était plutôt connu pour ses frasques, écarts de conduite et habitudes de vie, centrées sur une consommation accrue d’alcool et de stupéfiants. 
Zehaf-Bibeau était un habitué des services de la justice canadienne qui l’avait à maintes reprises condamné pour des délits plus ou moins mineurs. La dernière condamnation en date, remonte à 2003 quand il avait écopé de deux ans de prison pour vol et possession d'armes. 
Récemment radicalisé, très probablement en Libye où il avait dernièrement séjourné en courte visite chez son père, il était considéré comme "un voyageur à haut risque" par les services de renseignements qui lui avaient d’ailleurs récemment, retiré son passeport. A l’identique, l'homme qui avait, lundi, avec sa voiture, fauché deux militaires tuant l’un d’entre eux  dans la banlieue de Montréal à Saint-Jean-de Richelieu avant d’être abattu par la police, Martin Rouleau-Couture, s'était lui aussi fait confisquer son passeport. Il s’était dernièrement radicalisé après s’être converti à l’islam. 
Les deux hommes décrits comme des loups solitaires qui ont tous deux exporté au-delà de l’Atlantique la ligne de conduite des Merah et autre Nemmouch, étaient proches des thèses jihadistes et sans que l’on puisse leur trouver un lien avec les groupes terroristes islamistes, ils étaient tout de même soupçonnés de vouloir ourdir des attentats au Canada et faisaient partie des Canadiens dans la ligne de mire des services de sécurité.

​La méthode Merah et Nemmouche s’exporte au Canada

Mohamed Jaouad Kanabi
Vendredi 24 Octobre 2014

Lu 785 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés