Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La justice gèle les activités du Club des magistrats du Maroc




​La justice gèle les activités du Club des magistrats du Maroc
Est-ce le début de la fin pour le Club des magistrats du Maroc ? Après la dynamique que sa création avait suscitée, ce Club vit aujourd’hui au rythme d’une crise profonde qui pourrait menacer son avenir.
Pis, le tribunal de première instance de Rabat a prononcé, le mercredi 28 janvier, un jugement en référé ordonnant le gel de toutes ses activités, après que des magistrats ont déposé une plainte contestant la légitimité des instances élues par l’assemblée générale que ce Club a tenue récemment à Rabat.
Dans une déclaration à Libé, Abdelatif Chentouf, président de celui-ci, a affirmé que le référé en question ne concernait que le gel des activités des instances élues lors de l’assemblée générale du 18 octobre 2014, en attendant que le tribunal tranche sur le fond de la plainte déposée contre la nouvelle direction du Club.
« Nous respectons cette décision et on va l’appliquer parce que nous croyons en l’indépendance de la justice et que nous la défendons, mais on va quand même l’attaquer », nous a-t-il déclaré.
Pour sa part, Aziz Baali, président régional du Club à Casablanca et opposant à la nouvelle direction du Club a semblé vouloir se déculpabiliser en déclarant que lui et ses pairs étaient contraints de recourir à la justice après avoir épuisé toutes les démarches pour résoudre le problème à l’amiable.
« Nous avons constitué une commission en décembre dernier pour engager le dialogue avec la nouvelle direction, mais elle a fait la sourde oreille », a-t-il souligné. Et d’ajouter qu’en revanche elle a continué à vouloir imposer le fait accompli en créant des bureaux régionaux à Errachidia, Laâyoune, Kénitra et Meknès « sans réelle représentativité et sans respecter les conditions qui sous-tendent la constitution des bureaux régionaux ».
A rappeler que 250 magistrats se sont retirés de l’assemblée générale du Club des magistrats du Maroc tenue en octobre dernier. Ces magistrats ont contesté la légitimité des élections des instances dirigeantes faute de quorum, alors que les autres ont préféré finir leurs travaux, considérant que l’assemblée générale était souveraine dans ses décisions. 

M.T
Vendredi 30 Janvier 2015

Lu 316 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs