Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La défense des deux jeunes accusés d’homosexualité crie au procès politique

Les mis en cause nient les charges retenues contre eux




​La défense des deux jeunes accusés  d’homosexualité crie au procès politique
Le procès des deux jeunes  accusés pour « homosexualité » et « obscénité »  s’est poursuivi, avant-hier, devant la Cour d’appel  de Rabat. L’audience qui n’a duré qu’une heure et vingt minutes a été marquée par le passage à la barre des deux prévenus qui ont nié en bloc toutes les charges retenues contre eux.    
Ils ont démenti le fait qu’ils auraient entretenu une quelconque  relation « contre nature »  comme indiqué dans l’acte d’accusation. Ils  ont également réfuté  le fait d’avoir porté publiquement atteinte à la pudeur en précisant qu’ils n’ont, en aucun cas,  enlevé leurs habits et pris des photos relevant de l’obscénité.  Pour eux, il s’agit bien d’une simple promenade près de la Tour Hassan où ils avaient l’intention de prendre quelques  photos en guise de souvenir.
Des propos que semblent confirmer, selon leurs avocats, les PV de la police et les objets réquisitionnés. D’après la défense, l'appareil photo, les téléphones et  les sacs réquisitionnés sur place ne comportent aucun élément de preuve. D’autant plus que ces P.V ne contiennent aucune preuve justificative du type de relation entre les deux hommes ni la date et le lieu où les faits se sont déroulés. Pis, aucun élément d’enquête soutenant cette accusation ne figure sur lesdits PV. 
A noter que le Parquet a refusé la requête des avocats sollicitant l’examen des objets réquisitionnés.   Un refus jugé inacceptable par la défense qui n’a pas hésité à user de fermeté en affirmant que :    «  Le Parquet est censé défendre la société et les droits des individus : pourquoi ce refus de nous laisser voir les objets réquisitionnés ?  On connaît la dimension politique du procès mais il faut s'en tenir aux éléments de preuve et aux principes de la justice. Le droit compte-t-il toujours ou organisons-nous des procès expéditifs comme HRW l'a décrit, dans l’un de ses rapports sous le titre  « justice TGV, de l'arrestation à la prison ? ».
La défense est allée plus loin. Elle estime qu’il y a eu volonté délibérée et malintentionnée de la police de gonfler le dossier afin  d'influencer la décision du procureur. A ce propos, les avocats ont révélé une contradiction entre un écrit adressé au procureur et les  PV d'enquête, d'arrestation et d'audition ainsi que les objets saisis. Alors que ledit écrit évoque la survenue d’un acte contre nature entre deux personnes du même sexe et en flagrant délit, les PV accompagnant cet écrit ne font mention d’aucun acte illicite et n’indiquent pas que les deux individus s’enlaçaient et s’embrassaient contrairement à ce qui fut avancé.
Concernant les accusations de torture subie par les deux accusés et l’affirmation selon laquelle leurs  aveux auraient été arrachés suite aux violences physiques et morales qu’ils ont subies lors des interrogatoires, la défense a recouru   à  des images diffusées par la chaîne nationale «Al Oula»  montrant des traces de maltraitance  sur les corps des accusés.  « Comment peut-on expliquer que des personnes avouent devant la police et nient devant le Parquet ? Cela suscite moult interrogations sur  les conditions dans lesquelles l’interrogatoire s’est déroulé. Les photos diffusées par les médias montraient des traces de torture. De plus, au moment de l'interrogatoire en garde à vue, les deux prévenus n'ont pas bénéficié des garanties dues à toute personne mise en cause, à savoir le droit au silence, le droit de contacter sa famille, le droit d’appeler un avocat ou de se voir commettre un avocat d'office », a précisé l’un des avocats. 
Après cette intervention de la défense,   le président a décidé de lever la séance et de reporter  le procès  à vendredi  prochain.  

Hassan Bentaleb
Jeudi 18 Juin 2015

Lu 391 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés