Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La décision néerlandaise d’annuler l’accord de sécurité sociale dénoncée par des ONG marocaines

Le gouvernement marocain appelé à mettre fin à la coopération bilatérale dans les domaines sécuritaire et judiciaire




​La décision néerlandaise d’annuler l’accord  de sécurité sociale dénoncée par des ONG marocaines
La Coordination des ONG marocaines contre l’annulation des allocations sociales aux Pays-Bas a dénoncé «vigoureusement» la décision du gouvernement néerlandais d’annuler de manière unilatérale l’accord signé en 1972 entre le Maroc et la Hollande sur la sécurité sociale. «La Coordination dénonce avec force la décision du gouvernement des Pays-Bas d’annuler de manière unilatérale l’accord Maroc-Hollande sur la sécurité sociale et tire l’attention du gouvernement marocain sur les répercussions de toute modification de l’accord sur la situation des immigrés marocains aux Pays-Bas et en Europe», souligne un communiqué du secrétariat de cette instance, parvenu dimanche à la MAP. La Coordination a dit avoir accueilli favorablement la position du Maroc qui a exprimé «sa déception profonde et son rejet total de cette décision aussi bien dans la forme que dans le fond», appelant Rabat à défendre les intérêts et les droits acquis des immigrés marocains. Elle a, dans ce cadre, appelé le gouvernement marocain à cesser sa coopération dans les domaines sécuritaire et judiciaire avec les Pays-Bas et à intervenir auprès de l’Union européenne pour protéger les acquis des immigrés marocains et faire face aux comportements discriminatoires à leur égard.
Jeudi dernier, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération a indiqué que toutes les dispositions nécessaires seront prises en vue de consolider la défense des intérêts, des acquis et des droits des membres de la communauté marocaine visés par la décision unilatérale du gouvernement des Pays-Bas.
Des actions sont envisagées sur le plan aussi bien politique que juridique, a-t-il souligné dans un communiqué.
Lors d’un entretien avec des membres du gouvernement néerlandais, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération a regretté que cette décision soit prise de façon unilatérale, sans concertation aucune avec les autorités marocaines concernées et sans qu’elle leur soit dûment notifiée par les voies appropriées. 
Cette décision de dénonciation, au demeurant rare dans les relations internationales et sans précédent dans nos relations bilatérales, est perçue par les autorités et les forces vives marocaines comme un acte inamical, a indiqué le ministre.
Le Maroc est résolument déterminé à protéger les acquis et à défendre les intérêts de la communauté marocaine résidant aux Pays-Bas et mobilisera tous les moyens à cette fin. Il espère que les Pays-Bas reconsidéreront cette décision qui ne serait restée sans conséquence sur les relations bilatérales, et reprendront la voie du dialogue et de la discussion pour trouver une solution satisfaisante pour les deux parties.
La Coordination a souligné, par ailleurs, qu’elle poursuivra sa mobilisation et interpellera de nouveau la justice néerlandaise et européenne pour faire face à l’atteinte des droits des migrants marocains.

MAP
Mardi 21 Octobre 2014

Lu 186 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés