Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La Turquie sous tension

Une nouvelle attaque meurtrière vise la police




​La Turquie  sous tension
La police turque a tué mercredi une femme, apparemment porteuse de grenades, qui visait le quartier général de la police d'Istanbul, au lendemain d'une prise d'otage meurtrière dans un tribunal de la ville qui a placé le pays sous haute tension.
Selon le gouverneur de la plus grande ville de Turquie, cette femme et un complice ont ouvert le feu en fin d'après-midi sur le bâtiment qui abrite la direction de la police, provoquant la riposte immédiate des agents en charge de sa protection.
Également blessé, le second assaillant a été arrêté peu après par les forces de l'ordre, selon les chaînes d'information NTV et CNN-Türk.
Les médias turcs ont précisé que la victime, dont l'identité et les motivations n'ont pas été immédiatement révélées, était porteuse de deux grenades à main.
Cette nouvelle attaque intervient moins de vingt-quatre heures après la dénouement sanglant d'une prise d'otage survenue dans un tribunal de la ville.
Après six heures de vaines négociations, la police est intervenue mardi contre deux militants armés proches d'un groupe marxiste radical qui y retenaient un magistrat et menaçaient de le tuer.
Les deux preneurs d'otage ont été tués, ainsi que le procureur Mehmet Selim Kiraz, dans des circonstances qui restent à établir et qui enquêtait depuis plusieurs mois sur les circonstances de la mort de Berkin Elvan, un adolescent de 15 ans décédé le 11 mars 2014 après 269 jours d'un coma provoqué par le tir d'une grenade lacrymogène de la police à Istanbul lors de la fronde antigouvernementale de juin 2013.
Mercredi matin, la police turque a lancé un important coup de filet qui a abouti à l'interpellation d'une trentaine d'étudiants à Antalya (sud), Izmir (ouest) et Eskisehir (centre), tous soupçonnés de liens avec le Parti/Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C) qui a revendiqué la prise d'otage.
Considéré comme un mouvement terroriste par Ankara, le DHKP-C s'est illustré depuis le début des années 1990 par de nombreux attentats, ciblant notamment les autorités ou, en 2013, l'ambassade des Etats-Unis à Ankara.
A deux mois des élections législatives du 7 juin, le Premier ministre islamo-conservateur Ahmet Davutoglu a promis mercredi la plus extrême fermeté contre ce qu'il a qualifié d'"alliance du mal", dans laquelle il a rangé aussi bien les auteurs de l'attaque de mardi que les manifestants qui ont défié son régime dans la rue en 2013.

Vendredi 3 Avril 2015

Lu 72 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés