Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La Grèce n'a pas renoncé à renégocier sa dette




​La Grèce n'a pas renoncé à renégocier sa dette
La Grèce ne renonce pas à son objectif de renégocier les conditions de sa dette afin de la rendre plus gérable, a déclaré lundi le vice-ministre des Finances du pays alors que se poursuivent les négociations sur une liste de réformes permettant de débloquer une nouvelle aide financière. 
Le fardeau de la dette grecque a atteint plus de 177% du produit intérieur brut (PIB) du pays l'an dernier. Le nouveau gouvernement en place depuis janvier a promis d'exiger de ses créanciers l'effacement d'une grande partie de cette dette.
Mais il s'est peu exprimé à ce sujet ces dernières semaines, dans un contexte de négociations difficiles pour obtenir la dernière tranche d'aide indispensable pour éviter un défaut. Il a réitéré la proposition grecque de lier le remboursement de la dette de 318 milliards d'euros à la croissance économique ou aux exportations, sur le modèle de l'accord conclu après la Seconde Guerre mondiale avec l'Allemagne.
La Grèce et ses créanciers ont discuté tout le week-end des réformes présentées par Athènes pour débloquer l'aide, mais la tonalité des déclarations n'est pas la même de part et d'autre. 
La Grèce se trouvera en défaut de paiement le 20 avril si elle n'obtient pas de nouvelle aide de la part de ses partenaires européennes, a déclaré la semaine dernière à Reuters une source proche du dossier.
Le conseil des ministres grec a approuvé dimanche la liste de réformes censées rendre son économie plus compétitive et ses finances publiques viables, avec des objectifs d'un excédent budgétaire primaire de 1,5% du PIB cette année et d'une croissance à 1,4%, a indiqué un responsable du gouvernement.
Des responsables grecs et européens poursuivent les négociations dans l'espoir d'avancer suffisamment pour permettre aux ministres des Finances de la zone euro de se réunir de nouveau sur le sujet.
Faute d'avancée, aucune date n'a encore été fixée pour cette réunion de l'Eurogroupe, a indiqué lundi un porte-parole du ministère allemand des Finances. 
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras doit s'exprimer sur le sujet des réformes envisagées lundi devant le Parlement.
 Une restructuration de la dette de la Grèce est nécessaire pour que le pays puisse la rembourser, a déclaré lundi Alexis Tsipras, reprenant ainsi un thème majeur de sa campagne électorale lui ayant permis de parvenir au pouvoir en janvier.

Mercredi 1 Avril 2015

Lu 89 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés