Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​L’ingérence de Benjamin Netanyahu dans la vie politique américaine

Les relations entre Israël et les Etats-Unis n’ont probablement jamais atteint leur niveau actuel de tensions




​L’ingérence de Benjamin Netanyahu dans la vie politique américaine
Nous le savions, le président américain  Barack Obama et le Premier ministre israélien ultra-conservateur Benjamin Netanyahu, ne sont pas exactement faits pour s’entendre.
Mais les intérêts d’Israël ont toujours été la priorité affichée de l’administration Obama en termes de politique internationale. Aux origines de ces tensions, un désaccord au sujet de l’attitude à adopter vis-à-vis du programme nucléaire iranien. Si les Américains et les Israéliens refusent bien entendu tous les deux l’accession de l’Iran à une force de frappe nucléaire, les premiers ont décidé de privilégier le dialogue avec les Iraniens alors que les seconds refusent de leur côté toute négociation. 
Ce léger désaccord a pris une nouvelle ampleur lorsque, sans gêne aucune, Benjamin Netanyahu a décidé d’accepter l’invitation du chef de l’opposition américaine et président du Congress John Boehner, à à s’adresser aux députés américains au sujet du nucléaire iranien, et ce pour leur expliquer que la politique étrangère menée par leur président était mauvaise, qualifiant même sa propre démarche «d’obligation morale».
Barack Obama a, quant à lui, déclaré lors d’une conférence de presse, tenue à l’occasion de la visite de la chancelière allemande Angela Merkel, qu’il ne comptait pas rencontrer le Premier ministre israélien lors de sa visite à Washington, prétextant la règle qui consiste à ne pas accueillir un chef d’Etat, moins de deux semaines avant des élections dans son pays, afin de ne pas servir de «poster » de campagne électorale.
En réalité, le président américain serait indigné par le manque de tact et par l’attitude irrespectueuse dont a fait preuve Benjamin Netanyahu envers lui, et envers l’institution qu’il représente.  Obama considèrerait que le Premier ministre israélien est allé trop loin cette fois, et cela transparaît clairement dans les déclarations de hauts responsables de son administration, à commencer par sa conseillère à la sécurité nationale Susan Rice, qui a considéré la visite de Netanyahu de «destructive» car elle distillerait, selon elle, une distinction dangereuse entre  les partis démocrate et républicain, ce dont il n’a jamais été question auparavant dans les relations américano-israéliennes.
De son côté, Benjamin Netanyahu ne semble pas se soucier des malheurs du président américain.  Il a confirmé les accusations de Rice, en refusant de rencontrer une délégation de sénateurs démocrates, pourtant bien connus pour leur soutien indéfectible à Israël et qui tentaient d’apaiser les tensions. Il n’a également prêté aucune attention aux appels de différentes associations pro-israéliennes aux Etats-Unis comme « J-Street », l’incitant à annuler sa visite.
Penser que cet évènement  aura  une véritable incidence sur la position américaine vis-à-vis de la question palestinienne, ou de façon générale sur la situation au Moyen-Orient serait aller trop vite en besogne.
Cela prouve l’obsession du gouvernement israélien conservateur, d’exercer un certain contrôle sur la première puissance mondiale, n’hésitant pas à venir perturber des discussions constructives entre les Etats-Unis et l’Iran. 

Yassine Lachguar
Mercredi 4 Mars 2015

Lu 412 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés