Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​L'équité des salaires revendiquée par les footballeuses américaines au tribunal




​L'équité des salaires revendiquée par les footballeuses américaines au tribunal
Le procès intenté par les joueuses américaines de football, doubles championnes du monde en titre, contre leur Fédération pour réclamer des salaires égaux à ceux de leurs homolgues masculins sera jugé le 5 mai 2020, a annoncé un porte-parole des footballeuses lundi.
Cette plainte pour discrimination, qui vise notamment à dénoncer l'inéquité des salaires et des conditions de travail entre les hommes et les femmes dans le football, a été déposée dès le 8 mars dernier par 28 footballeuses américaines.
Bien que des discussions aient été entamées entre les deux parties, elles sont actuellement au point mort. L'annonce de la date du procès, décidée lundi par le juge fédéral R. Gary Klausner à Los Angeles (Californie), intervient une semaine après le gel de ces pourparlers.
"Nous sommes ravies de la date à laquelle le procès a été fixé, cela va arriver bientôt. Nous sommes pressées d'avancer dans ce dossier. Nous nous projettons déjà vers mai 2020, quand les joueuses donneront leur version des faits", a déclaré lundi Molly Levinson, l'une des porte-paroles des footballeuses américaines dans un communiqué.
"Nous espérons que ces championnes du monde recevront ce à quoi elles ont légalement droit: l'équité des salaires et des conditions de travail, rien de moins", a-t-elle ajouté.
Même si un accord pourrait être trouvé avant cette date, pour le moment, le procès a été programmé en plein milieu du rassemblement de l'équipe nationale féminine pour la préparation des Jeux olympiques de Tokyo-2020 (24 juillet - 9 août).
A coups de slogans "Equal pay!", la question de l'équité des salaires entre hommes et femmes avait été mise au-devant de la scène lors de la dernière Coupe du monde de football, organisée en France (7 juin - 7 juillet) et remportée par les Américaines.
Aux Etats-Unis, les meilleures joueuses sont sous contrat avec la Fédération nationale de "soccer", qui les rémunère, et non avec des clubs, comme en Europe.

Mercredi 21 Août 2019

Lu 226 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 19 Septembre 2020 - 19:45 Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad

Vendredi 18 Septembre 2020 - 19:59 La Juve en quête d' un 10ème titre de suite

Vendredi 18 Septembre 2020 - 14:00 Roland-Garros rattrapé par la réalité du Covid-19