Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​L'approche marocaine en matière de lutte antiterroriste mise en lumière à Alger




​L'approche marocaine en matière de lutte antiterroriste mise en lumière à Alger
Le ministre de l'Intérieur, Mohamed Hassad, a mis en exergue, mercredi à Alger, les fondamentaux de l'approche marocaine en matière de lutte contre le terrorisme, l'extrémisme et le crime organisé.
Cette approche s'est distinguée, depuis le début du troisième millénaire, par sa globalité et l'implication de l'ensemble des acteurs, dans le but de faire face à ces phénomènes qui constituent une menace à la sécurité et à la stabilité dans le monde, en particulier dans la région arabe devenue, malheureusement, le terreau de la majeure partie des foyers de tension, a souligné M. Hassad dans un exposé exhaustif, appuyé de statistiques et de donnés pratiques, à l'ouverture de la 32ème session du Conseil des ministres arabes de l'Intérieur.
Il a, à ce propos, donné un large aperçu des aspects de la stratégie du Royaume en la matière, insistant sur son caractère intégré et multidimensionnel, à commencer par la restructuration du champ religieux, en passant par l'actualisation de l'arsenal juridique, pour arriver à l'accompagnement social, à la question du développement et à la vision anticipative dans l'action des services de sécurité.
S'agissant de la dimension religieuse et spirituelle, M. Hassad s'est félicité de l'intérêt témoigné par de nombreux pays arabes et africains à l'expérience marocaine dans ce domaine, rappelant l'extrême importance accordée par le Royaume à la restructuration du champ religieux, “à travers l'attachement à l'unité cultuelle de la Nation, aux préceptes tolérants de l'islam, ainsi qu'aux valeurs du juste milieu et d'altérité”.
Evoquant les questions d'accompagnement social et de développement, le ministre a passé en revue les efforts du Royaume pour la consécration “d'un développement humain équitable et global, dans un climat politique empreint de multipartisme et de gestion démocratique des différences”.
Il a, dans ce contexte, mis en avant le rôle central de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH), lancée en 2005 par S.M le Roi Mohammed VI, qui reste «une expérience d'avant-garde visant à lutter contre la pauvreté, la précarité et les disparités sociales, via une approche participative favorisant la bonne gouvernance locale et la politique de proximité aux fins de renforcer les capacités de la société civile et de l'immuniser contre les courants extrémistes et le nihilisme . Sur un autre plan, M. Hassad a mis l'accent sur les efforts du Royaume en matière d'actualisation des textes de loi, afin de les “mettre au diapason des défis résultant des menaces terroristes et des nouveaux crimes”.
Les modifications introduites au Code de procédure pénale ont, ainsi, porté sur le blanchiment d'argent, le financement et l'apologie du terrorisme ou la propagande au profit des organisations terroristes.
Il s'agit des dispositions relatives au fait de se rallier ou de tenter de se rallier individuellement ou collectivement, dans un cadre organisé ou non, à des entités, organisations, bandes ou groupes, terroristes, quels que soient leur forme, leur objet ou le lieu où ils se trouvent.
Le législateur a aussi incriminé le fait de recevoir ou de tenter de recevoir un entraînement ou une formation quelles qu'en soient la forme, la nature ou la durée à l'intérieur ou à l'extérieur du territoire marocain, en vue de commettre un acte terroriste à l'intérieur ou à l'extérieur du Royaume.
Le ministre a, d'autre part, abordé les efforts des services de sécurité sur le terrain pour lutter contre ces fléaux et les initiatives entreprises par le Royaume en vue de les doter de moyens matériels, juridiques et humains nécessaires pour mener à bien leur mission, en plus de “mesures préventives et anticipatives s'appuyant sur le suivi, la collecte des informations et l'amélioration de la qualité des renseignements”.
Le ministre a, à cet effet, exposé les grandes lignes du dispositif de sécurité “Hadar”, représentant l'un des nouveaux mécanismes devant permettre aux pouvoirs publics d'anticiper la menace terroriste en prenant en considération le développement permanent de ses modes et de sa nature.
L'approche anticipative, qui a été favorablement accueillie par les partenaires régionaux et internationaux, a démontré son efficience au vu des résultats obtenus, s'est réjoui M. Hassad, notant que depuis les attentats terroristes du 16 mai 2003 à Casablanca, elle a permis de démanteler un grand nombre de cellules terroristes, dont certaines étaient affiliées au réseau Al-Qaïda et d'autres spécialisées dans l'embrigadement et l'envoi de combattants aux différents foyers de tension, particulièrement en Syrie et en Irak. 
En ce qui concerne la nouvelle stratégie du Royaume en matière d'émigration, le ministre de l'Intérieur a expliqué qu'elle tend à accompagner cette approche globale, en traitant la question de l'immigration illégale et la régularisation de la situation et l'intégration des émigrés et des réfugiés, de manière à préserver leur dignité.
Dans ce cadre, a-t-il fait remarquer, le Maroc s'est également attelé à la modernisation de sa législation relative à l'émigration et aux réfugiés et à mettre en place un texte de loi se rapportant à la lutte contre la traite des êtres humains.
Le ministre a, dans ce sens, passé en revue les résultats de l'opération de régularisation exceptionnelle, précisant que les services compétents ont reçu 28.000 demandes de régularisation émanant de 116 nationalités, dont 70 % des dossiers ont reçu des réponses favorables, soit quelque 20 .000 émigrés.
M. Hassad a insisté sur la dimension humaniste dans la gestion de la question migratoire, parallèlement à la détermination de lutter contre les réseaux de l'immigration clandestine et de traite des êtres humains, en ce sens que les autorités ont réussi à démanteler, durant l'année dernière, 105 bandes criminelles actives dans ce domaine.
Par ailleurs, le ministre n'a pas manqué de souligner l'intérêt particulier que porte le Royaume à la coopération internationale et son adhésion aux efforts mondiaux, ce qui en a fait un élément agissant et un partenaire stratégique en matière de lutte contre le terrorisme et de préservation de la sécurité et de la stabilité aux plans international et régional.
M. Hassad a appelé à intensifier les efforts et à davantage de coordination entre les pays arabes, en vue de faire face à ce fléau qu'on ne peut associer à une religion ou à une culture spécifique, sachant que les Arabes et les musulmans sont les premières victimes et la première cible des organisations terroristes.
Le ministre a souligné que l'approche sécuritaire, quelle que soit son efficience, ne peut, à elle seule, suffire pour lutter contre le terrorisme et toutes les formes de criminalité, mais elle a besoin d'être accompagnée sur les plans politique, social et culturel pour immuniser la société à long terme, en garantissant les droits fondamentaux et un climat institutionnel favorisant la liberté d'expression, le multipartisme et la gestion démocratique des différences.

Vendredi 13 Mars 2015

Lu 540 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés