Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​L'amitié américano-qatarie à l'épreuve de l'entretien Obama/Tamim




​L'amitié américano-qatarie à l'épreuve de l'entretien Obama/Tamim
Il pourrait s'agir d'une rencontre entre proches alliés, mais lorsque l'émir du Qatar devrait rencontrer le président Barack Obama mardi à Washington, plusieurs sujets géopolitiques pourraient mettre à l'épreuve l'amitié entre les deux pays.
La rencontre marquera la première visite officielle à la Maison Blanche de cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, qui a accédé au trône en juin 2013. 
Les questions de sécurité domineront les discussions, et ce sont probablement celles les plus à même de provoquer des frictions entre les deux chefs d'Etat. 
La semaine dernière, Doha a rappelé son ambassadeur au Caire après que l'Egypte l'a accusé de "soutien au terrorisme" pour avoir émis des réserves sur une résolution de la Ligue arabe appuyant des raids de l'armée de l'air égyptienne contre des jihadistes en Libye.
Ce différend avec l'Egypte pourrait compliquer les efforts de Washington qui cherche à consolider le front contre l'organisation Etat islamique (EI) au sein de la coalition internationale antijihadiste en Syrie et en Irak, à laquelle le Qatar participe. 
L'accusation du Caire, selon laquelle le Qatar soutiendrait des groupes islamistes, rappelle les soupçons souvent évoqués concernant un appui de Doha à des groupes en Libye, mais aussi en Syrie et en Egypte. 
Et si les Etats-Unis et le Qatar sont alliés, leurs relations ne sont pas toujours faciles. Le Qatar accueille une importante base militaire américaine, les échanges commerciaux entre les deux pays se chiffrent à quelque sept milliards de dollars, et Washington a loué le rôle de Doha pour un apaisement au Yémen où une milice chiite s'est emparée du pouvoir en janvier. 
Mais des voix s'élèvent aux Etats-Unis pour accuser les Qataris de soutenir des groupes islamistes radicaux. Doha est également accusé de soutenir la confrérie des Frères musulmans, y compris le groupe islamiste palestinien Hamas, qui en est issu.
Avant la visite de cheikh Tamim, des ultraconservateurs américains ont demandé pourquoi Obama recevait le chef d'Etat d'"un pays qui soutient des jihadistes", mais pas le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, attendu au Congrès le 3 mars.
Le Qatar nie vigoureusement soutenir l'EI, et ses responsables répètent qu'ils ne financent pas de radicaux, mais des groupes modérés en coordination avec des agences de renseignements occidentales, dont la CIA.  

AFP
Mercredi 25 Février 2015

Lu 463 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés