Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​L'ONU condamne les raids meurtriers du régime syrien

Daesh progresse vers l’ouest et le sud à partir de la ville antique de Palmyre




​L'ONU condamne les raids meurtriers du régime syrien
L'ONU a jugé "inacceptables" dimanche les nouveaux raids du régime syrien, qui a largué des barils d'explosifs de manière aveugle ce week-end tuant des dizaines de civils dans le nord du pays.
Dans le centre du pays, le groupe ultra-radical Etat islamique (EI) a progressé vers l'ouest et le sud à partir de la ville antique de Palmyre, prise au régime il y a dix jours.
Le médiateur de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a protesté avec force après les raids de l'armée du régime de Bachar al-Assad qui ont tué samedi 84 civils, dont des enfants, dans des zones rebelles d'Alep, la métropole du nord de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Au total, 141 civils ont été tués samedi dans les différents raids du régime dans plusieurs régions, a précisé l'ONG, qui s'appuie sur un réseau de sources en Syrie.
Les barils remplis d'explosifs ont été largués par des hélicoptères au-dessus d'un marché populaire à Al-Bab, ville sous contrôle de l'EI, et du quartier rebelle Al-Chaar dans l'est d'Alep, selon l'OSDH qui a évoqué un "massacre".
L'armée de l'air a également frappé Jabal al-Zawiya, région montagneuse de la province d'Idleb (nord-ouest), tuant au moins 20 civils. Les ONG internationales dénoncent régulièrement l'utilisation des barils d'explosifs par le régime. Les négociations sont dans l'impasse plus de quatre ans après le début du soulèvement pacifique qui s'est militarisé face à la répression jusqu'à devenir une guerre civile complexe, ayant fait plus de 220.000 morts.
Pour tenter de les relancer, le médiateur de l'ONU a entamé le 5 mai à Genève une série de discussions à huis clos et séparées avec les protagonistes du conflit et des acteurs internationaux, dont l'Iran, allié clé de Damas. 
Dans la région de Palmyre, les jihadistes de l'EI ont progressé en prenant notamment la localité de Bassiré qui se situe à un important carrefour menant à Damas vers le sud et à Homs, troisième ville du pays, plus à l'ouest. 
L'EI a par ailleurs consolidé des gains dans le nord de la province d'Alep en prenant aux rebelles des villages près de la frontière turque. Les deux jours de combats ont fait 31 morts parmi les rebelles et 22 dans les rangs de l'EI. Néanmoins, les jihadistes ont perdu huit villages de la province de Raqa --bastion de l'EI dans le nord de la Syrie-- chassés par des combattants kurdes soutenus par des frappes de la coalition internationale antijihadiste. 
Les avancées de l'EI seront au centre des discussions entre 27 ministres des pays de la coalition qui se réunissent mardi à Paris pour revoir leur "stratégie". 

Mardi 2 Juin 2015

Lu 43 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés