Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Jamal Benomar accusé de tous les maux par les Yéménites

Les zones d’ombre du premier envoyé spécial de Ban Ki-moon de nationalité marocaine




​Jamal Benomar accusé de tous les maux par les Yéménites
Jamal Benomar, premier Marocain à occuper le poste d’envoyé spécial de Ban Ki-moon, ne fait plus l’unanimité au Yémen.  Ses détracteurs sont de plus en plus nombreux et il fait aujourd’hui l’objet d’une campagne médiatique féroce. L’homme est soupçonné de bloquer le processus de réconciliation politique  et aurait même la volonté de voir le pays divisé. Et comme tous les moyens sont bons pour détruire un ennemi supposé, ses adversaires n’ont pas hésité à fouiller dans son passé. 
Pour eux, l’histoire personnelle de Jamal Benomar n’a rien de rassurant. 
Une enquête menée par deux journalistes yéménites dresse un portrait suspect de l’envoyé spécial de Ban Ki-moon à Sanaa. Elle revient sur son ascension rapide dans les institutions internationales et le rôle qu’aurait joué l’ex-président américain Jimmy Carter dans sa montée en puissance. Les journalistes ont également évoqué  son rôle en tant que responsable d’Amnesty international chargé du dossier soudanais et les soi-disant tentatives de cette ONG de diviser le pays de Omar El Bachir. Son passage en Irak et en Afghanistan a été également décortiqué. Les deux enquêteurs  ont conclu que son rôle aurait consisté en la défense du fédéralisme comme forme d’Etat.  Un concept, mal accueilli par plusieurs experts, puisqu’il aurait consolidé la division du pays d’une manière constitutionnelle et  anéanti toute chance d’unité nationale. Jamal Benomar est accusé de vouloir  appliquer cette approche au Yémen, selon l’enquête en question.  Des propos confirmés par d’autres observateurs yéménites qui estiment que ce dernier serait derrière les crises et les couacs qui ont  entaché le processus de réconciliation politique et qu’il serait  responsable de la transformation de la nature de la crise. D’une crise politique, elle aurait pris la tournure d’une question d’unité et de séparation entre le Sud et le Nord du Yémen. 
Faut-il croire ces accusations? Y a-t-il vraiment des zones d’ombre dans la personnalité de Jamal Benomar? Les avis sont partagés. Certains de ses anciennes connaissances au Maroc en brossent un portrait peu flatteur. Ils se souviennent encore de ce militant de gauche qui a été remis en liberté dans des conditions obscures et dont le passage par Amnesty international a été entaché de plusieurs problèmes et qu’il a même été renvoyé de cette ONG.  Des propos que relativise Mustapha Manouzi, président du Forum vérité et justice (FVJ) qui pense qu’il s’agit bien d’un militant de gauche autodidacte qui a bien renoncé à ses idéaux de la gauche marxiste. « Comme beaucoup de militants, Jamal a beaucoup changé depuis. Aujourd’hui, l’homme ne fait qu’appliquer un agenda de l’ONU alors qu’on sait tous que cette dernière n’est pas une institution indépendante et qu’elle ne dispose pas du pouvoir de décider seule», nous a-t-il précisé.  

Hassan Bentaleb
Jeudi 19 Février 2015

Lu 516 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés