Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Incendie volontaire dans un train à grande vitesse près de Tokyo

Deux morts, une dizaine de blessés et une suspension du trafic de plusieurs heures




​Incendie volontaire dans un train à grande vitesse près de Tokyo
Un incendie volontaire, apparemment une tentative de suicide, a fait deux morts et plusieurs blessés à bord d'un train à grande vitesse mardi matin près de Tokyo, un incident sans précédent au Japon, pays fier de la sécurité hors pair de son réseau ferré. 
Selon des témoins, un passager à bord du train Shinkansen s'est arrosé d'un liquide inflammable avant d'allumer un briquet et de mettre le feu, a précisé la compagnie Central Japan Railway (aussi appelée "JR Tokai").
Deux passagers - l'homme qui se serait immolé et dont le corps brûlé a été retrouvé par le conducteur du train, ainsi qu'une femme quinquagénaire - sont décédés, selon les autorités. Le brûlé n'a pas été identifié. Il est âgé de 71 ans, selon la télévision.  Quatre autres personnes ont été sérieusement blessées et six autres plus légèrement, ont précisé les autorités. Une vingtaine de passagers ont dû être traités après avoir inhalé de la fumée.
L'alarme d'arrêt d'urgence a été activée et le train a aussitôt été stoppé. Selon la chaîne publique NHK, un bruit d'explosion aurait été entendu près des toilettes. La NHK montrait des images du train stoppé sur les voies à la hauteur d'Odawara, à environ 70 km au sud-ouest de Tokyo. Ce train à grande vitesse - un modèle "Nozomi", blanc orné de lignes bleues, reconnaissable à son long nez aérodynamique - était parti de la gare centrale de Tokyo à 11H00 (02H00 GMT) pour Osaka (ouest). Ce "Nozomi", qui peut atteindre la vitesse de 300 km/h, transportait un millier de passagers.  Selon des images tournées à l'intérieur par un témoin et diffusées par la chaîne privée TBS, une épaisse fumée blanche a envahi une ou plusieurs voitures, suffoquant les passagers qui essayaient de sortir. Le feu, qui a été ensuite éteint, a pris dans la première voiture, à l'avant, non loin de la cabine de pilotage.
Une cellule d'information a été mise en place auprès du centre de crise du bureau du Premier ministre Shinzo Abe, aucune hypothèse - suicide, crime ou attentat - n'étant officiellement écartée à ce stade, selon les médias.
Le trafic du Toikaido Shinkansen a repris dans les deux sens après plusieurs heures de suspension entre Tokyo et Nagoya (centre du pays).
Le Shinkansen, l'un des trains les plus confortables, les plus ponctuels et les plus sûrs du monde dont le premier modèle a été lancé en 1964, est l'équivalent japonais du TGV. Plusieurs centaines de rames circulent chaque jour sur cette ligne quasiment à la fréquence des métros aux heures les plus chargées. Le réseau a grossi au fil des années et plusieurs lignes de Shinkansen sillonnent l'archipel.
Plusieurs millions de passagers empruntent les lignes de Shinkansen chaque jour au Japon.

Mercredi 1 Juillet 2015

Lu 46 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés