Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Fatima Allaoui sitôt nommée sitôt virée

Les déboires de la conseillère régionale du Languedoc-Roussillon




​Fatima Allaoui sitôt nommée sitôt virée
Aussitôt nommée, dimanche, au poste de secrétaire nationale de l’UMP à la formation professionnelle par Nicolas Sarkozy sur une recommandation de Nathalie Kosciusko-Morizet, vice-présidente déléguée de l’UMP, la Franco-Marocaine Fatima Allaoui, de parents marocains, aura vite fait, lundi, d’être virée. On lui aurait reproché de s’être acoquinée avec le SIEL (Souveraineté, indépendance et liberté), un groupuscule d’extrême droite gaullo-nazi de quelque 600 adhérents à l’échelle de la France, aujourd’hui à la solde du Front national, fondé il y a trois ans par l’écrivain Paul-Marie Coûteaux et dirigé actuellement  par un Franco-Algérien d’origine kabyle, Karim Ouchikh, un temps militant socialiste (ex-adjoint au maire PS de Gonesse de 1995 à 2007).
 Fatima Allaoui ou Sarah-Fatima Allaoui, elle, est conseillère régionale du Languedoc-Roussillon et conseillère municipale de la ville de Béziers (Héraut) dont le maire n’est autre que Robert Ménard, ancien patron de ‘’Reporters sans frontières’’, élu grâce au soutien du FN. 
Née en 1978, elle exerce en tant que psychologue au centre hospitalier de Béziers et est une ancienne membre du Conseil français du culte musulman. Il y a de cela quelques mois, elle avait craché dans la soupe en claquant la porte de l’UMP qui ne lui avait pas permis de se présenter aux élections départementales en lui proposant «un canton à forte population d’origine maghrébine». Elle avait répondu à la proposition de l’UMP ‘’Non, y'a trop d'Arabes là-bas!’’ et s’en allait s’inscrire au SIEL. Elle tente alors et en vain de se rapprocher de Robert Ménard, histoire d’obtenir l’investiture de son mouvement politique local «Choisir Béziers», mais elle essuie un cinglant revers du fougueux maire qui lui signifie un refus sans appel.
Revenue de disgrâce grâce à l’ancienne candidate à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet dont elle est proche et qui la ramène au bercail, elle reprend sa carte à l’UMP. Pas pour longtemps, semble-t-il, puisqu’elle vient de se voir jetée comme une malpropre par celle-là même qui l’avait prise sous sa protection.
In fine, l’opportunisme et l’ambition  démesurées de Fatima Allaoui l’auront conduite fatalement à sa perte car, contraires aux convictions d’une UMP qui sous la conduite de son nouveau président Nicolas Sarkozy se veut autre que ce qu’elle a été jusqu’à présent. Le rapprochement avec le FN fait partie désormais de l’extra-légal. A droite, on sait désormais à quoi s’en tenir et ce que cela en coûte. 

Mohamed Jaouad Kanabi
Mercredi 17 Décembre 2014

Lu 1031 fois


1.Posté par Magid le 17/12/2014 18:50
Cette personne est une opportuniste " NON, y a trop d'arabes là-bas" et elle , elel est quoi? une suédoise blondes aux yeux bleues? Celle qui n'hésite pas à cracher sur ses origines et à rejoindre un partie politique ouvertement islamophobe a reçu la monnaie de sa pièce. J'espère que cette personne n'a pas la nationalité marocaine.Que l'opprobre soit sur elle!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés