Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​En marge de la réunion sur la lutte contre le terrorisme

L’informatique antijihadiste s’invite à Sydney




​En marge de la réunion sur la lutte contre le terrorisme
En marge d'une réunion sur la lutte contre le jihadisme, une soixantaine de personnes de tous horizons étaient rassemblées vendredi à Sydney pour un marathon informatique destiné à plancher sur les moyens de lutter contre la propagande de l'Etat islamique sur Internet. L'organisation EI attire des milliers de jeunes gens à travers la planète, particulièrement grâce aux réseaux sociaux. 
Parallèlement aux efforts menés par les gouvernements pour lutter contre l'extrémisme, deux entrepreneurs de la Silicon Valley (Etats-Unis) parcourent le monde en organisant des "hackathon", mot-valise issu des termes "hack" (pirater) et "marathon", dans lesquels les participants se penchent sur les moyens de lutter contre l'EI dans le monde virtuel.
Cette dernière édition, la quatrième en cinq mois, se déroule à Sydney, en parallèle avec une conférence de deux jours sur la lutte contre l'extrémisme, ouverte jeudi par le Premier ministre australien Tony Abbott et réunissant les représentants de 30 pays ainsi que de géants informatiques comme Google, Facebook et Twitter. 
D'après un récent rapport de l'ONU, environ 25.000 combattants étrangers originaires d'une centaine de pays participent à des conflits jihadistes dans le monde, dont beaucoup en Irak et en Syrie.
Ces manifestations réunissent des participants d'origines différentes et les programmes développés sont consacrés aux raisons pour lesquelles des jeunes gens peuvent se sentir déconnectés de la société dans laquelle ils vivent et vouloir rejoindre les rangs jihadistes. Par exemple, Yassmin Abdel-Magied, ingénieure foreur, Matthew Quinn, spécialiste du contreterrorisme et l'animatrice Catilin Bathgate travaillent sur une application appelée "Connect me (connecte moi)", un genre de "Tinder du mentorat".
A l'instar de l'application de rencontres Tinder, l'ingénieure de 24 ans espère faire se rencontrer des inconnus sur la base de leurs intérêts, dit-elle.

Samedi 13 Juin 2015

Lu 258 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés