Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Des masses d’eau chaude pénètrent par des canaux sous le glacier Totten




​Des masses d’eau chaude pénètrent par des canaux sous le glacier Totten
Des scientifiques ont identifié au moins une voie d’entrée de masses d’eau chaude sous l’immense glacier Totten dans l’est de l’Antarctique, ce qui expliquerait qu’il fonde plus vite qu’estimé jusqu’ici, un phénomène aux conséquences potentiellement “catastrophiques”.
Le glacier Totten, qui fait 120 kilomètres de long sur plus de 30 km de large, a longtemps été considéré comme étant situé dans une zone épargnée par les courants chauds, où la glace épaisse est donc très stable et peu sujette aux variations.
Mais les travaux du Centre de recherche sur le climat et les écosystèmes de l’Antarctique (ACECRC) basé à Hobart en Tasmanie (Australie) montrent que le Totten, le plus grand glacier de l’inlandsis (continent de glace) Est-Antarctique, est celui qui rejette le plus de glace dans l’océan. 
Une partie de cette érosion est due au contact direct du “front glaciaire” avec l’océan, entraînant le détachement de blocs de glace puis leur dislocation - dès qu’ils sortent des fjords - en plus petits blocs. Mais les scientifiques, dotés notamment d’instruments de mesure puissants à bord d’un appareil de la NASA, ont mis également en évidence l’existence d’un tunnel de un à deux kilomètres de large reliant l’océan à une grande cavité sous la calotte glaciaire.
“L’étude montre la présence du canal mais elle indique aussi que d’autres mesures permettraient peut-être de découvrir de nouveaux chemins ouverts ou en passe de l’être”, précise mardi à l’AFP le glaciologue Benoît Legresy (CNRS), co-auteur de l’article publié dans la revue Nature GeoScience avec des scientifiques américains, britanniques et australiens.
Or l’infiltration subglaciaire est “le moyen le plus efficace pour faire fondre la glace”, s’alarme-t-il, d’autant que les tunnels vont s’élargir avec le temps et former un réseau, infusant le “poison” dans le corps du glacier.
“La calotte Est est la plus grosse partie (du socle Antarctique) et considérée la plus inerte. Il n’empêche que plus on observe, plus on découvre que ces glaciers ont des pertes de masse significatives. Leurs effets seront peut-être plus tardifs sur le changement climatique, mais compte tenu de la masse, ils peuvent être plus catastrophiques encore”, prévient le chercheur.
Si cette partie de l’Antarctique devait fondre en même temps, elle ferait monter le niveau des océans de 60 mètres, selon lui.

Mercredi 25 Mars 2015

Lu 102 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés