Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Comme par enchantement, l’aide directe aux veuves opérationnelle à la veille des prochaines élections

L’opposition redoute une instrumentalisation du dispositif




​Comme par enchantement, l’aide directe aux veuves opérationnelle à la veille des prochaines élections
Le décret n° 2-14-791, définissant les conditions et les critères d'éligibilité au soutien direct des veuves en situation de précarité sera bientôt opérationnel.  Une circulaire conjointe des ministères de l’Intérieur, des Finances et de la Solidarité et de la Femme vient d’être adressée aux différentes préfectures. Ces dernières seront désormais appelées à constituer des commissions provinciales  permanentes chargées de trancher les demandes d’aide et d’établir des listes de veuves éligibles ou non-éligibles censées être adressées à la commission centrale chargée, entre autres, d’établir la liste finale. L’accueil des demandes et leur traitement seront du ressort des annexes administratives. 
Pourtant, rien n’est joué à l’avance. Il reste quelques ajustements à faire concernant notamment le formulaire à remplir par les intéressés dont aucune copie n’a été encore imprimée et le logiciel informatique dont personne ne sait encore quoi que ce soit.  En d’autres termes, il faut attendre quelques semaines voire quelques mois avant la mise en œuvre effective dudit dispositif. 
Un timing qui ne semble pas du goût de plusieurs formations politiques qui redoutent, en effet, que l’Exécutif ne recherche à travers l’application de pareille mesure que des objectifs à caractère électoraliste. Ceci d’autant plus qu’on n’est plus qu’à quelques mois de l’organisation des prochaines élections communales. En fait,  ce dossier concerne un nombre de bénéficiaires estimé à 300.000 femmes éligibles et qui auront droit à 350 DH par mois pour chaque enfant âgé de moins de 21 ans et qui poursuit ses études. C’est une base électorale alléchante et qui suscite des convoitises.  
Des inquiétudes que partagent certains observateurs qui redoutent que l’approche des élections risque de  plomber les résultats afférents au nombre de bénéficiaires.  En effet, ils craignent que les cartes puissent être octroyées à n’importe quel demandeur sans vérifier s’il remplit ou non les conditions exigées. Un risque probable, selon eux,  vu le manque de fermeté de la part des autorités locales comme ce fut le cas pour certaines commissions locales permanentes dans le cadre du Ramed qui semblent avoir lamentablement échoué dans leurs enquêtes administratives et sociales.  
Les observateurs appréhendent également que le gouvernement ne manipule les résultats afin qu'ils collent avec les ambitions de performance qu’il compte afficher avant les élections. En d’autres termes, ils redoutent l’utilisation du nombre de bénéficiaires au détriment  des objectifs escomptés par ledit dispositif, à savoir venir en aide aux veuves démunies. 

Hassan Bentaleb
Vendredi 27 Février 2015

Lu 581 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés