Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Bruxelles appelle à la création de centres d’hébergement de migrants au Maroc

Jetée par la porte à plusieurs reprises, la proposition de l’UE revient par la fenêtre




​Bruxelles appelle à la création de centres d’hébergement de migrants au Maroc
Le débat sur les centres d’accueil pour migrants irréguliers refait surface.  Un projet européen est en gestation  pour la mise en place de complexes d’hébergement dans les pays de transit pour limiter le nombre de migrants irréguliers en Europe. Un revirement dans les politiques de l’UE, a commenté le journal français Le Monde, qui a indiqué qu’il s’agit là d’une mesure sécuritaire qui s’inscrit dans le nouveau programme européen sur les migrations  qui sera publiée au plus tard à la mi-mai.   
Certaines sources médiatiques ont affirmé que Dimitri Avramopoulos, commissaire européen aux migrations et affaires intérieures, effectuerait prochainement une tournée dans les pays d’Afrique du Nord, et notamment au Maroc, pour présenter ce projet destiné à créer une zone unique pour l’accueil des migrants et lutter contre la migration irrégulière et le trafic d’êtres humains. Le commissaire européen estime que le changement d’approche sur l’immigration illégale en Europe était une question urgente qui demande des solutions complexes. En fait, l’UE ne sait plus où  donner de la tête vu l’afflux massif de migrants en quête de sécurité et de protection internationales vers les cieux européens.  Le nombre de migrants entrés illégalement en Europe a atteint 274.000 personnes en 2014 contre 100.000 en 2013, soit une hausse de 180%. Le dernier rapport de l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des Etats membres de l’Union européenne (Frontex)  a indiqué qu’entre juillet et septembre 2014, plus de 110.000 passages par terre et surtout par mer ont été recensés,  soit trois fois plus que durant la même période en 2011.
Le Maroc va-t-il accepter l’installation de tels  centres sur son territoire ? Le Royaume a toujours opposé une fin de non-recevoir à une telle proposition. Déjà en mars 2014 et après la propagation des rumeurs  annonçant l’ouverture de centres pour immigrants illégaux à Salé, Tanger, Oujda et Nador, le ministère de l’Intérieur   les a démenties  et indiqué qu’il n’y aura pas de création de centres pareils  sur le territoire national.  Depuis rien n’a changé.
Le Maroc pourra-t-il camper sur ses positions ? Personne ne le sait, mais l’idée de créer des centres d’accueil des migrants illégaux et de demandeurs d’asile ne semble pas faire l’unanimité au sein du monde associatif œuvrant dans le domaine de la migration. Pour plusieurs acteurs associatifs, la création de pareilles structures  engendrera plus de problèmes qu’elle ne va résoudre.  Ceci d’autant plus que l’expérience a démontré l’inefficience,  voire le danger de s’engager sur cette voie comme en attestent les expériences française, espagnole et italienne. Pis, ces centres exigent plus de contrôles notamment policiers et créent  des situations conflictuelles difficiles à gérer.
Mais, il n’y a pas que la résistance des Marocains contre la proposition de Bruxelles qui est mise en avant. D’autres pays européens ne voient pas d’un bon œil une telle option. C’est le cas, par exemple, du  Danemark et de la Grande-Bretagne, qui s’y opposent avec vigueur. « Leur répugnance est en partie causée par le fait que certains membres de l’UE ne veulent pas céder à Bruxelles  une partie de leurs attributions en matière de politiques migratoires», rapporte Le Monde. C’est le cas également de la Hongrie qui  voudrait se réserver le droit d’apporter sa propre réponse à l’immigration clandestine. 

Hassan Bentaleb
Mardi 17 Mars 2015

Lu 602 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés