Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Boko Haram s’empare de deux nouvelles villes du nord-est du Nigeria




​Boko Haram s’empare de deux nouvelles villes du nord-est du Nigeria
Des centaines de combattants de Boko Haram se sont emparés jeudi de deux villes de l'Etat d'Adamawa, dans le nord-est du Nigeria, après avoir été repoussés d'une des plus grandes villes de cet Etat par des milices locales, ont rapporté des habitants à l'AFP.
Les islamistes ont pris le contrôle de Hong et de Gombi, se rapprochant ainsi de Yola, la capitale de l'Etat, à une centaine de kilomètres de là, après avoir été chassés de Mubi, le carrefour commercial de cette région, qu'ils avaient pris il y a deux semaines.
BokoHaram, qui s'est emparé de plus d'une vingtaine de villes et villages de l'Adamawa et des Etats voisins de Yobe et Borno, ces derniers mois, dit y avoir créé un "califat islamique". A Mubi, qui avait été rebaptisée Madinatul Islam, "la ville de l'Islam", le groupe avait commencé à administrer les chatiments prévus par la charia, la loi islamique, tranchant les mains des voleurs présumés, notamment, selon des témoignages d'habitants.
Des milliers d'habitants ayant fui Mubi et d'autres villes des alentours se trouvent désormais dans des camps pour déplacés en périphérie de Yola, la capitale, dont les islamistes se rapprochent.
Les Civilian JTF, ces milices de jeunes qui combattent aux côtés de l'armée, auraient d'abord repris Maiha, une ville proche de Mubi, mercredi, au terme d'une longue bataille qui aurait fait de très nombreux morts parmi les insurgés, mais cela n'a pas été confirmé par les autorités nigérianes pour le moment.
Chibado Bobi, le directeur de cabinet du gouverneur de l'Adamawa, a cependant confirmé que Mubi avait été reprise des mains des islamistes par des milices privées et des chasseurs.
"Il est vrai que Mubi est à nouveau aux mains de l'armée nigériane, grâce à l'aide des milices locales et des chasseurs" a-t-il déclaré à l'AFP. 
Un habitant de Mubi dit avoir vu quelque 200 miliciens et chasseurs armés d'arcs, de flèches, de machettes, de bâtons et de fusils fabriqués à la main.
"J'ai vu les combattants de BokoHaram fuir à bord de leurs véhicules quand les chasseurs et les miliciens sont entrés dans la ville" a-t-il ajouté. A Gombi, selon Haruna Awwalu, un habitant, Boko Haram patrouille dans les rues et tire à l'arme lourde. 
"Ils ont brulé le poste de police, le siège de l'administration et le marché" a-t-il précisé.
Rabi Tanimu, un autre témoin, rapporte que les habitants se sont enfermés chez eux ou ont fui dans la brousse.
A Hong, à 20 kilomètres de Gombi, selon plusieurs témoignages, le commissariat de police a aussi été détruit et les insurgés ont hissé leur drapeau noir sur la résidence d'un général à la retraite. 

AFP
Samedi 15 Novembre 2014

Lu 200 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés