Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Benkirane encensé par un gentil sondage téléphonique




​Benkirane encensé par un gentil sondage téléphonique
Incroyable. Abdelilah Benkirane aurait encore la cote auprès des Marocains malgré les coups durs qu’il leur a fait endurer et les couleuvres qu’il leur a fait avaler depuis son investiture. C’est ce qu’a révélé un sondage réalisé par TelQuel et TNS. Selon les résultats de celui-ci, 33%  d’entre eux lui font «tout à fait confiance» et  21% le font  mais avec réserve.  
Des résultats en totale contradiction avec ceux d’un autre sondage réalisé en janvier dernier par le baromètre TIZI/Averty pour le compte de L’Economiste et indiquant que la cote de confiance du chef du gouvernement a chuté de 15 points en 6 mois, passant de 68 à 53% ; notamment parmi les classes les moins favorisées.
Benkirane a-t-il réussi en 11 mois à reconquérir les cœurs des Marocains ?  A-t-il réussi à recouvrer la confiance des Marocains malgré ses décisions impopulaires (hausse de prix des carburants, des produits de première nécessité, des tarifs de l’électricité, etc.)? A-t-il trouvé grâce aux yeux des citoyens malgré  ses politiques qui ont fait s’envoler les chiffres du chômage, de la pauvreté, de la précarité, de l’exclusion… ?  
Mais de qui se moque-t-on? Tout sondage a bien entendu des limites. Il serait opportun de ne pas prendre ces résultats pour de l’argent comptant surtout que la culture du sondage fait défaut au Maroc. Celui réalisé par TelQuel a toutefois le mérite d’exister mais la validité de ses méthodes reste problématique notamment au niveau de l’échantillonnage, de la collecte des données et de l’exploitation  et de l’analyse des résultats. 
Réalisé auprès d’un échantillon représentatif de 1.000 personnes âgées de 18 ans et plus via des appels téléphoniques aléatoires, les résultats d’un tel sondage demeurent relatifs puisque le nombre de sondés est réduit et, du coup, ses marges d’erreur sont nombreuses. D’après Laurence Bianchini, journaliste scientifique de MyScienceWork : «Les instituts de sondage privés prennent généralement des échantillons de 1000 personnes, ce qui est assez mince. L’erreur théorique sur de tels échantillons est d’environ 3%. Mais en pratique, ce taux est plus élevé. Notons que, sur un échantillon de 1000 personnes, si 40% se déclarent indécis, alors seuls 600 répondants ont donné une réponse fiable. La marge d’incertitude augmente lorsque la taille de l’échantillon diminue. En pratique, le taux d’erreur est donc probablement supérieur à 4%».
Autre critique et non des moindres,  c’est celle relative au recours aux  appels téléphoniques. Pour certains experts, cette méthode de collecte des données risque de favoriser une surreprésentation de certaines catégories sociales ou tranches d’âge au détriment des autres, ce qui peut influencer le résultat final. Pis, cette méthode  pose problème an matière de vérification de la  validité des éléments déclaratifs puisque les enquêteurs n’ont pas la possibilité de contrôler l’identité ou du moins le profil du répondant. Les informations concernant l’âge, le sexe, l’adresse et  la catégorie socioprofessionnelle ne peuvent être prises pour argent comptant puisqu’incontrôlables.
En outre, ce genre de méthode exige des questionnaires courts et des questions simples puisqu’il y a toujours risque de voir le sondé  raccrocher au nez de son sondeur.
C’est donc à l’aune de ces contraintes qu’il faut jauger la validité des résultats de l’enquête qui a encensé Benkirane en ces temps de pré-campagne électorale. 

Hassan Bentaleb
Samedi 22 Novembre 2014

Lu 481 fois


1.Posté par BEHRI ABDELAAZIZ le 21/11/2014 20:48
BENKIRANE est bien coté, malgré que vous en ayez.
A bon entendeur, salut!

2.Posté par hassan le 21/11/2014 23:06
Ssi Hassan, il me semble que Tizi et TNS disent la même chose 53% pour l'un et 54% pour l'autre. Tizi parle d'une évolution avec deux chiffres (68% et 53%) alors que TNS ne donne que le chiffre de son dernier sondage (54%). En gros, sur ces deux sondages, l'histoire qui ressort est bien simple. Benkirane est en recul mais reste en tête, un appel à l'opposition pour faire mieux.

3.Posté par mohamed le 22/11/2014 00:15
Je trouve que notre premier ministre du gouvernement marocain Mr Benkirane sans sort bien ,si après son mi mandat benkirane a toujours la confiance des marocains ,c est d un côté une bonne et une mauvaise chose,la bonne s est que les frères musulmans sont encore la après les échecs de leurs autres frères qui ont perdus les élections comme en tunisie ,soit ont étaient renversés comme en egypte,la mauvaise ,c est que les opposants au gouvernement n ont pas profiter de la situation pour redoré leurs blasons ,surtout le parti de la rose,bref on va pas plaindre Benkirane ,si il détient encore 50% de taux de confiance auprès des électeurs marocains a mis mandat alors que le président français françois Hollande n atteint que 18% de confiance des électeurs français ..........

4.Posté par Ali le 22/11/2014 17:38 (depuis mobile)
il faut admettre que ce ne sont que des sondages, la réalité peut être radicalement autre chose. On peut ou non être d''accord avec ce gouvernement mais nul ne peut nier les aspects positifs de ce dernier , il faut attendre que les urnes parlent .

5.Posté par Averty.ma le 16/03/2015 13:35
D'accord le commentaire N°2.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés