Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Aucune trace des 400 migrants disparus en mer Méditerranée

10500 arrivées ont été enregistrées en moins d’un mois en Italie




​Aucune trace des 400 migrants  disparus en mer Méditerranée
Le mystère restait entier mercredi sur le sort de 400 migrants disparus en Méditerranée, selon des humanitaires qui dénoncent l'incurie des autorités européennes face aux arrivées massives d'immigrés submergeant l'Italie et ses centres d'accueil.
Si les premiers témoignages sont confirmés, "ces derniers jours auront été parmi les plus meurtriers dans les eaux les plus dangereuses du monde pour les migrants et les demandeurs d'asile", a déclaré mercredi Judith Sunderland, responsable régionale de Human rights watch (HRW).
Jusqu'à 400 migrants ont disparu dans le naufrage d'une embarcation de fortune dimanche en Méditerranée, selon des survivants, environ 150, débarqués mardi matin en Italie et interrogés par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l'ONG "Save the children".
Les garde-côtes italiens ont indiqué avoir sauvé 145 migrants, agrippés à leur embarcation qui avait chaviré.
Interrogé par l'AFP, le commandant Filippo Marini, porte-parole des garde-côtes italiens, a souligné mercredi qu'aucun autre survivant n'avait été retrouvé en dépit de recherches intensives, y compris aériennes, lundi et mardi. Lors de leur intervention dimanche, les garde-côtes avaient aussi repêché neuf corps à proximité de l'embarcation.
Les survivants ont assuré qu'il y avait au total 500 à 550 personnes à bord de leur bateau, dont de nombreux jeunes, a précisé mercredi à l'AFP le porte-parole de l'OIM à Rome, Flavio Di Giacomo.
L'OIM a déjà enregistré plus de 500 morts de migrants en Méditerranée depuis le début de l'année avant ce nouveau drame, contre 47 l'année dernière pendant la même période.
Alors qu'un temps calme et printanier s'est installé sur la zone depuis quelques jours, plus de 10.500 arrivées ont été enregistrées depuis le début du mois en Italie, où les structures d'hébergement des demandeurs d'asile accueillent déjà plus de 80.000 personnes.
Originaires essentiellement d'Afrique subsaharienne et du Moyen-Orient, ces migrants s'efforcent de gagner l'Europe à la faveur du chaos régnant en Libye.
Ce chaos provoque le départ d'un nombre croissant d'enfants non accompagnés, a souligné l'ONG Save the children, qui évalue leur nombre à 8% du total des migrants qui entreprennent la traversée.

Vendredi 17 Avril 2015

Lu 63 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés