Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Au temps du confinement, l’expression artistique se réinvente




​Au temps du confinement, l’expression  artistique  se réinvente
Si la pandémie du nouveau coronavirus a forcé des milliers de personnes à travers le monde entier à rester cloîtrés chez-eux, l’expression artistique s’est révélée être une alternative, voire une nécessité durant cette période sensible. 
Le confinement a remis en question la place de l’art dans la vie de tous les jours. Et pas besoin de sortir, “l’art web” nourrit la toile, invitant les confinés, par un simple clic, à découvrir les créations humaines, fruit de l’imagination et de la créativité.  À l’instar des pays du monde, le Maroc a connu une mobilisation culturelle accrue, invitant à un modèle de création, qui répond aux nouvelles exigences imposées par la crise du Covid-19.
Des actions artistiques fleurissent en ligne pour assouvir la soif des confinés, largement convertis au numérique. Du théâtre à la littérature, en passant par la musique, les initiatives lancées aussi bien par les institutions que par des artistes connus et moins connus, se multiplient et se complètent, redonnant goût à la création.
Dans cette lancée s’inscrit le dernier clip, “Lonely Days”, de la chanteuse Manal Benchlikha en collaboration avec le rappeur Adnane Mahyou (Draganov).
Tourné avec un “simple” smartphone, confinement oblige, les deux chanteurs, chacun de son côté, ont su tirer le meilleur profit d’une situation très sensible. Dévoilé sur Youtube il y a moins de 72 heures, “Lonely Days”, qui réunit pour la première fois les deux chanteurs, a déjà comptabilisé plus de 320.000 vues, se classant premier dans le “trending” marocain.
Dans une déclaration à la MAP, la chanteuse Manal Benchlikha a indiqué que le tournage a été mené pendant le mois sacré de Ramadan, à distance entre trois villes, Casablanca, Marrakech et Paris. “Les Italiens ont chanté depuis leurs balcons, les Américains ont repris Notorious BIG à Brooklyn. Nous, nous avons relevé le défi de réaliser un clip à distance et en plein confinement”, s’est réjoui Draganov. Le projet a été monté à distance, via des appels vidéo pour discuter différents concepts, de façon à atteindre le public en cette période de confinement, a expliqué Manal Benchlikha.
L’originalité et la beauté des images explosent dans le clip, avec des couleurs chaudes éveillant les senteurs de la ville ocre. Une nouveauté artistique, produite avec une originalité remarquable. La multiplicité des séquences reflétant les instants de solitude, en quarantaine, offre à ce produit artistique une singularité en ces temps de confinement. 
Pour rappel, Manal Benchlikha s’est fait connaitre par sa participation à «Mantsayadch», une campagne pour inciter les jeunes à s’inscrire sur le listes électorales. Elle est aussi la protégée de DJ Van et elle est produite par son label, Magic Castle Entertainment. 
Née à Marrakech, Manal a grandit dans la ville ocre ou elle suit toujours ses études en commerce et finance. Ayant toujours voulu être une star, elle apprend le chant et la guitare de manière autodidacte et fait ses débuts sur la scène de son école et avec quelques covers sur Youtube, avant d’accéder à la notoriété.

Samedi 23 Mai 2020

Lu 793 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif