Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Au Togo on prend le même et on recommence




​Au Togo on prend le même et on recommence
Le président sortant Faure Gnassingbé, dont la famille régente le Togo depuis 48 ans, a été réélu par 58,75% des suffrages exprimés, contre 34,95% à son principal adversaire Jean-Pierre Fabre, a annoncé mardi soir la commission électorale togolaise.
L'abstention s'élève à 40,01%, contre 35,32% à la précédente présidentielle de 2010.
Sans surprise, Fabre est arrivé en tête à Lomé, historiquement acquise à l'opposition, même si M. Faure y a gagné des voix. Ce dernier domine largement dans le Nord, région d'origine de sa famille.
Jean-Pierre Fabre n'a pu être joint. Son porte-parole Eric Dupuy n'a pas souhaité s'exprimer. La famille Gnassingbé dirige depuis 48 ans le Togo, petit pays d'Afrique de l'Ouest comptant sept millions d'habitants.
Faure Gnassingbé avait été porté au pouvoir par l'armée en 2005 à la mort de son père, le général Gnassingbé Eyadéma, qui régna d'une main de fer pendant 38 ans. Une présidentielle calamiteuse avait suivi la même année, entachée de violences (400 à 500 morts et des milliers de blessés, selon l'ONU) et de fraudes massives.
Après plusieurs réformes - multipartisme, liberté de la presse, abolition de la peine de mort - qui ont entraîné en 2007 la levée des sanctions internationales instaurées du temps de son père pour "déficit démocratique", Gnassingbé avait été réélu en 2010 avec 60,88% des voix, déjà contre Fabre (33,93%), dans un scrutin contesté par l'opposition mais jugé acceptable par la communauté internationale.
L'Union européenne (UE), principal bailleur de fonds du Togo, a estimé que l'élection de samedi s'était "déroulée dans le calme, confirmant l'attachement du peuple togolais à la démocratie".
La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et l'Union africaine (UA), qui avaient déployé des observateurs électoraux, ont également décrit un scrutin libre et transparent.
L'opposition, dont Fabre, le leader, présente une personnalité peu consensuelle, a peiné à proposer une réelle alternative et s'est présentée divisée, avec trois autres candidats: Tchabouré Gogué, président de l'Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), a obtenu 3,08% des suffrages, Komandega Taama, président du Nouvel engagement togolais (NET), 1,06%, et Mouhamed Tchassona-Traoré, président du Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD, opposition), 0,99%.

Jeudi 30 Avril 2015

Lu 252 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés