Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Attaque à l’explosif et deux attentats à la voiture piégée au Yémen

Des soldats et des écolières tués




​Attaque à l’explosif  et deux attentats à la  voiture piégée au Yémen
Trois soldats yéménites ont été tués et un quatrième blessé mercredi par une attaque d'Al-Qaïda à l'explosif dans la province du Hardramout (sud-est), un fief du réseau extrémiste, a-t-on appris de source militaire.
Les soldats circulaient à bord d'un camion de l'armée, qui a sauté avec l'explosion d'un engin planté sur une route à l'ouest de Seyoun, deuxième ville du Hadramout, a ajouté la même source.
 "Des éléments d'Al-Qaïda ont fait actionner à distance l'engin", dont l'explosion "a tué trois soldats et blessé un autre", a précisé la même source.
Les forces militaires et de sécurité yéménites sont fréquemment la cible d'attaques meurtrières, généralement imputées au réseau extrémiste.
Par ailleurs, vingt-six personnes, dont 16 écolières, ont été tuées dans deux attentats à la voiture piégée perpétrés mardi par Al-Qaïda à Rada, dans le centre du Yémen, selon un nouveau bilan officiel merecredi.
Dans un communiqué, la haute commission de sécurité a précisé que la ville de Rada, dans la province de Baïda, avait été frappée par "deux attentats à la voiture piégée" qui ont coûté "la vie à 16 écolières et 10 citoyens".
Un premier attentat a visé un bus scolaire qui circulait dans une rue de Rada alors que le deuxième attentat a frappé un rassemblement d'habitants dans le centre de la ville, a ajouté la haute commission.
Les deux attentats ont été commis par "des éléments terroristes du réseau Al-Qaïda", a-t-elle ajouté sans préciser les motivations de leurs auteurs.
Un premier bilan obtenu de sources de sécurité avait fait état mardi de 25 morts, dont 15 écolières, dans un attentat à la voiture piégée mené par Al-Qaïda contre une position de la milice chiite d'Ansaruallah à Rada. 
Les miliciens chiites comme Al-Qaïda (sunnite) cherchent depuis des mois à prendre le contrôle de Rada, théâtre de fréquents affrontements et opérations armées meurtrières entre les deux forces protagonistes.
Ces opérations se sont accentuées depuis que les miliciens chiites ont renforcé à l'automne leur présence à Rada, dans le cadre de leur fulgurante offensive qui, lancée depuis leur fief à Saada (nord), leur a permis le 21 septembre de prendre le contrôle de la capitale, Sanaa, avant d'avancer dans le centre et l'ouest du pays.
Dans leur progression, ils se sont heurtés à l'hostilité des tribus sunnites et à Al-Qaïda, qui recrute parmi ces tribus et qui a promis de livrer une guerre sans merci aux houthis. 

AFP
Jeudi 18 Décembre 2014

Lu 69 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés