Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Après le scandale du Mondial des clubs l’opinion publique réclame des comptes

Mohamed Ouzzine doit démissionner




​Après le scandale du Mondial des clubs l’opinion publique réclame des comptes
Mohamed Ouzzine est aujourd’hui un ministre bien seul.  Face au scandale de la pelouse inondée du Complexe Moulay Abdellah, les appels à la démission du ministre de la Jeunesse et des Sports ont traversé les réseaux sociaux. Sur la page Facebook du ministre de la Jeunesse et des Sports,  les posts des internautes sont sans équivoque : «Ouzzine out», «Ouzzine dégage», «Ouzzine démission».
Passé la colère et la honte vécues par des millions de citoyens lors du match du Mondialito opposant samedi 13 décembre les clubs  de Cruz Azul et le Western Sidney, l’opinion publique réclame que les responsables soient non seulement identifiés et désignés mais aussi qu’ils rendent des comptes. L’image de la honte a fait le tour du monde. Fox news a ouvert son JT sur la pelouse inondée du complexe, les seaux et raclettes. Le scandale est planétaire. Les Marocains, eux, sont indignés devant autant d’irresponsabilité.
Ce lundi matin, dans un grand palace de la capitale qui accueille les joueurs du Real de Madrid –et dont le match contre le club mexicain a été délocalisé dans l’urgence à Marrakech- les propos tenus par Mohamed Ouzzine étaient au cœur des conversations indignées.  «Le ministre de la Jeunesse et des Sports réclame des coupables alors qu’il est le principal responsable de ce qui s’est passé. Il  annonce la mise en place d’une commission d’enquête et va jusqu’à parler de trahison. Des propos puérils qui montrent bien que ce responsable gouvernemental ne veut pas assumer ses responsabilités et tente de se défausser sur une entreprise», soupire ce membre de la Fédération Royale marocaine de football. 
Politiquement, Mohamed Ouzzine est responsable d’un scandale qui va coûter cher à l’avenir d’un pays qui pensait avoir un destin sportif. Il est responsable dans le cadre de son appartenance à un gouvernement qui n’a pas su gérer, il y a quelques semaines à peine, le report de la Coupe d’Afrique de football pour cause d’Ebola.  En démocratie, le ministre de la Jeunesse et des Sports aurait démissionné dès lundi. Il aurait eu aussi à s’expliquer et rendre des comptes aux citoyens de ce pays.  Le Groupe parlementaire usfpéiste de la Chambre des représentants s’est dès lundi emparé de cette affaire éminemment politique. La députée socialiste Hasna Abouzaid a envoyé une question urgente au ministre Ouzzine pour l’interpeller sur la détermination des responsabilités d’une pelouse qui a coûté, pour rien le prix fort et l’interroger sur l’incapacité du gouvernement Benkirane à faire le suivi de grandes compétitions. 
Commencée en mai dernier, c’est sous le mandat de ce ministre haraki que la rénovation du Complexe Moulay Abdellah de Rabat  a  été faite, coûtant aux contribuables 220 millions de DH. En septembre dernier,  Ouzzine a fièrement présenté à la presse le relookage du complexe répondant désormais aux normes de la FIFA, les installations clinquantes de modernité et  la nouvelle pelouse -la même que celle du Bernabeu à Madrid-, s’enorgueillait-il. «Avec celui de Rabat, nous disposons aujourd’hui de 4 stades de haut niveau prêts à accueillir les grands événements sportifs nationaux et internationaux», s’était alors  félicité Mohamed Ouzzine devant les journalistes, large sourire à l’appui. 
«Comment peut-il alors déclarer qu’il n’est pas responsable? Qu’il faut aller chercher des responsables ailleurs alors que son ministère est censé avoir supervisé les travaux d’une rénovation extrêmement coûteuse. Le ministère de la Jeunesse et des Sports est en principe le maître d’ouvrage.  Et quand un pays a l’ambition d’accueillir de grands événements sportifs internationaux, on s’inscrit dans le suivi de la construction ou de la rénovation d’un stade!», s’exclame ce dirigeant sportif. 
Dimanche, le ministre de la Jeunesse et des Sports a eu beau jeu de parler de manipulation d’images qui font le lit des ennemis du Maroc. Une manière de faire taire les critiques.  «Les ennemis du pays sont bien ceux qui viennent de donner de nous et une fois de plus une image pitoyable. La Constitution marocaine parle de reddition des comptes des responsables. Il est temps de donner un contenu à ce concept qui ne doit plus se résumer à un slogan creux», conclut ce ténor de l’opposition.
Narjis Rerhaye

Deux hauts fonctionnaires suspendus 

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Ouzzine, a suspendu le secrétaire général, Karim El Akkari et le directeur des sports, Mustapha Azzeroual après le scandale de l’état déplorable de la pelouse du Complexe Moulay Abdellah, lors de la rencontre entre le club mexicain Cruz Azul et le  club australien Western Sydney Wanderers, samedi dernier.  

Le Mondial à Marrakech : le public confronté au problème de réservation des hôtels

​Après le scandale du Mondial des clubs l’opinion publique réclame des comptes
Après la honte, place à la pagaille. En délocalisant le match des quarts de finale du Mondial FIFA des clubs entre le Real Madrid et Cruz Azul du Mexique, le Comité d’organisation a pu régler un problème sans pour autant résoudre un autre.
En troquant le complexe Moulay Abdellah à Rabat et sa pelouse de fortune contre le Grand stade de Marrakech, c’est un autre pépin et non des moindres qui devra se poser à l’organisation. L’embarras réside désormais dans l’accueil des supporteurs madrilènes et mexicains qui avaient réservé au préalable des séjours du côté de la ville de Rabat.
Ce chamboulement de cadre risque d’engendrer de réelles complications au comité d’organisation qui, en l’espace de 24 heures, devra trouver des solutions à des milliers de supporteurs ayant effectué de longs voyages pour suivre ce Mondial dans des conditions idéales.
Pour le moment, le communiqué officiel du comité d’organisation fait état tout simplement de l’option de remboursement des supporteurs qui ne sont plus tentés par le match Real Madrid-Cruz Azul. 
Toutefois l’éventualité du remboursement ne devra pas intéresser grand monde, surtout les publics mexicain et espagnol qui s’étaient rendus au Maroc non seulement pour faire du tourisme mais pour soutenir dans le stade leurs équipes respectives.
Il faut dire que du côté de la partie marocaine responsable de près ou de loin de ce fiasco, elle a une fois encore réussi à semer la pagaille. Si lors de la précédente édition du Mondial, l’on a eu droit à une cérémonie d’ouverture gag, pour cette année, le ratage est dû à une pelouse de pacotille, prise d’eau de partout sous les zooms des caméras, sans omettre les commentaires acerbes mais combien justes, ne faisant que décrire une désolante image et refléter une triste réalité.
Il y a lieu de souligner que ce scénario catastrophe n’aurait pu avoir lieu si la partie responsable, le ministère de la Jeunesse et des Sports en premier, avait pris en considération les craintes formulées le mois dernier par la FIFA quant à l’état de la pelouse du Complexe Moulay Abdellah à Rabat. Des appréhensions qui, hélas, n’ont pas été tenues en compte pour récolter l’ire des Marocains et devenir la risée aux yeux des autres. Alors qu’il y avait l’alternative de faire jouer ce Mondial dans des stades nouvelle génération comme ceux d’Agadir ou de Tanger. 
Voilà donc le résultat d’une réfection d’un complexe sportif qui a coûté au contribuable la bagatelle de 220 millions de dirhams. Un scandale pour boucler l’année qui ne devrait pas passer sous silence sans incriminer les personnes impliquées. Des têtes, grosses mêmes, doivent tomber et non des bouc émissaires.
A signaler en dernier lieu que l’ensemble des matches restants de ce Mondial auront lieu au Grand stade de Marrakech. Et c’est le Real Madrid et Cruz Azul qui ouvreront le bal ce soir à partir de 19h30 pour le compte du premier quart, alors que le second est prévu mercredi (19h30) entre les Argentins de San Lorenzo et les Néo-Zélandais d’Aukland City FC. 
En lever de rideau de cette explication argentino-néo-zélandaise se jouera, à partir de 16h30, le match pour la cinquième place avec comme protagonistes les infortunés des quarts, en l’occurrence les Algériens de l’Entente de Sétif et les Australiens de Western Sydney Wanderers FC. 
Quant au match pour la 3ème place et la finale, ils sont programmés pour samedi prochain respectivement à 16h30 et à 19h30.
 
Mohamed Bouarab 
 
Cruz Azul-Real Madrid délocalisé 
à la ville ocre


Le match devant opposer le club mexicain de Cruz Azul FC et la formation espagnole du Real Madrid FC, mardi au Complexe sportif Prince Moulay Abdellah de Rabat, se jouera finalement au Grand stade de Marrakech (19h30 GMT), a annoncé, dimanche, le comité d'organisation de la Coupe du monde des clubs Maroc 2014 (10-20 décembre).
Selon un communiqué du comité d'organisation, cette décision a été prise en concertation avec le comité d'organisation local (COL) en raison de problèmes existant au Complexe sportif Prince Moulay Abdellah de Rabat.
Les tickets achetés restant valides pour Marrakech, les supporters souhaitant se faire rembourser devaient saisir, du lundi (10h00) au mardi (19h00), les points de ventes suivants: Tétouan (Stade Saniet Rmel), Rabat (stade FUS), Casablanca (Complexe sportif Mohammed V) et Marrakech (Stade El Harti), note la même source.
 

Mardi 16 Décembre 2014

Lu 1850 fois


1.Posté par Chakib le 15/12/2014 21:21 (depuis mobile)
À par la démission, il faut que la justice entre en action pour des poursuites judiciaires, surtout que les sommes dépensées sont très grandes et le résultat est nul. لا حول و قوة إى بالله

2.Posté par abdelkader le 16/12/2014 09:05 (depuis mobile)
Qu il parte sans laisser de traces,ce monsieur est un fiasco a lui tout seul.

3.Posté par yassine le 16/12/2014 12:00
il faut choisir les bonnes personnes pour les mettre aux bons endroits, de préférence des gens qui ont une expérience dans le domaine en question.

4.Posté par lejeu le 16/12/2014 13:55
avec la bénédiction des barbus qui couvrent les scandales ,nous aurons inchallah la coupe au paradis,
réservons nos billets dans les locaux mp,rni,pjd et pps,sans oublier de verser vos cotisations ,pour ete logé avec les mouminines,amine!
hadi kadba de noel ouzifzif!

5.Posté par Thami le 16/12/2014 15:05
C'est triste de voir des personnages pareils au plus haut sommet de l'Etat

6.Posté par El Kenz le 16/12/2014 15:10
Mettre ce fiasco sur le dos du DRS Algérien , c'est le meilleur raccourci pour faire aboutir l' enquête engagée ,et partant les fusibles à faire sauter .

7.Posté par Zakia le 16/12/2014 18:22
Aller droit au but le ministre lui même + de grosses têtes doivent payer le prix cher de ce scandale et non les bouc émissaires qui sont les hauts fonctionnaires du ministère soyons honnêtes une fois dans notre vie

8.Posté par Otman Abdel le 13/02/2015 02:33
C'est bon qu'il part du gouvernement ...mais qui va payer les 220 millions qui a piquer...encore les contribuables
Il a été ministre 2 ans et il sort avec un actif de 220 millions sans rembourser sans être juger ni emprisonner , nais bob Dieu et bon sens dans quel monde on vit ...aucune conscience .

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés