Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Angela Merkel défend un plan de paix franco-allemand à Washington

Obama n'exclut toujours pas d'armer l'Ukraine




​Angela  Merkel défend un plan de paix franco-allemand  à Washington
Le président américain Barack Obama a laissé lundi la porte ouverte à des livraisons d'armes à l'Ukraine pour se défendre contre des séparatistes pro-russes, au contraire de Berlin et Paris qui y sont hostiles. à deux jours d'un sommet crucial pour la paix en Europe. Angela Merkel étant, quant à elle, très impliquée aux côtés de François Hollande pour trouver une solution diplomatique entre l'Ukraine et la Russie.
Avant la réunion diplomatique de "la dernière chance" à Minsk sous l'égide de Berlin et de Paris entre les présidents russe Vladimir Poutine, ukrainien Petro Porochenko, français François Hollande et Angela Merkel, lundi la chancelière allemande était à Washington pour présenter à Barack Obama le plan de paix européen.
Simultanément, l'Union européenne a reporté la mise en œuvre de nouvelles sanctions contre la Russie pour laisser une chance au sommet de Minsk. Avec l'espoir de mettre fin au conflit dans l'Est de Ukraine qui a fait plus de 5.000 morts en dix mois.  Le couple franco-allemand, ressoudé, est allé ces derniers jours à Kiev et à Moscou pour exposer son initiative de paix aux présidents Porochenko et Poutine.
Et même si Américains et Européens paraissent diverger sur l'attitude à adopter face à la Russie, le président Obama a assuré qu'il "continuait d'encourager un règlement diplomatique" du conflit. 
Les Occidentaux accusent la Russie d'armer les séparatistes pro-russes dans l'Est ukrainien et d'y envoyer hommes et matériels, ce que Moscou nie. Barack Obama a même tempêté contre le Kremlin lundi, soupçonné de vouloir "redessiner les frontières de l'Europe par la force des armes". 
Un des points cruciaux du plan de paix européen étant le contrôle de la frontière ukraino-russe dans les territoires aux mains des rebelles.
Le plan, viserait à appliquer les accords de paix conclus en septembre à Minsk et prévoit une plus large autonomie des régions rebelles. 
Sur le terrain, au moins sept soldats ukrainiens et cinq civils ont été tués dans des combats ces dernières 24 heures dans l'est de l'Ukraine, ont annoncé mardi les autorités ukrainiennes et les rebelles dans des bilans séparés.
Parallèlement, trois civils ont été tués et sept blessés ces dernières 24 heures par des tirs d'artillerie à Debaltseve, ville contrôlée par l'armée ukrainienne mais menacée d'encerclement, a annoncé la police régionale loyale à Kiev.
Dans la ville de Donetsk, fief rebelle, deux civils ont également été tués selon un bilan de la mairie séparatiste. Des salves d'artillerie et de roquettes Grad, tirées à partir des positions rebelles, y ont rythmé la nuit et la matinée.  

AFP
Mercredi 11 Février 2015

Lu 280 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés